Tous les ans, je profite de la trêve hivernale pour faire le point sur la saison passée. Ce qui s’est bien déroulé, ce qui ne s’est pas passé comme prévu et là où j’aurai pu optimiser ma pêche et augmenter mes chances de réussite.

Voilà bientôt une décennie que je pêche aux leurres et j’ai pu, au fil des saisons, trêve hivernale après trêve hivernale, constater que le perfectionnisme est bien souvent la clé de voûte de la réussite.


Le perfectionnisme à la pêche, c’est ce souci du petit détail que beaucoup négligent mais c’est un travers complètement humain. Beaucoup utilisent la pêche comme un exutoire, un moment de détente où l’on n’a pas vraiment envie de se torturer l’esprit et je serai tenté de dire qu’ils ont bien raison de fonctionner ainsi. Toutefois, la pêche est souvent ingrate et ne se cantonne aux faits, rien qu’aux faits… plus votre pêche sera réfléchie, affinée, analysée mieux vous la réussirez.

On a tort de penser que lorsque cela ne mord pas il n’y a pas de solution… Au cours d’une saison de pêche, il y a de nombreuses situations où la réussite ne tient qu’au changement d’un petit truc, bien souvent une simple animation à changer ou la nage d’un leurre à modifier.

C’est pourquoi aujourd’hui je vais vous révéler un de mes “petits secrets”. Je vais vous parler d’un compagnon qui m’accompagne de janvier à décembre, sur pratiquement l’intégralité de mes pêches et qui m’a déjà permis à de nombreuses reprises, de repenser ma pêche et de faire la différence. Il s’agit tout simplement de l’utilisation d’un plomb mais pas n’importe lequel, le Plomb Clip Poire Sakura.

La naissance du Plomb Poire

Rendons à César ce qui appartient à César, l’utilisation du Plomb Clip Poire ne date pas d’hier. Je me revois encore gamin, baver devant les rediffusions des vidéos d’Histoires Naturelles, une des rares trace audiovisuelle qu’il nous reste de l’explosion du Sandre dans les années 80 sur la Saône .

 

La presse halieutique d’il y a 10 ans était élogieuse sur ces montures



Monsieur Parcel venait d’apporter sa contribution à la confection d’une arme fatale, la monture H²O Plus. Capable de prospecter de nombreuses couches d’eau en changeant le grammage de la plombée de tête tout en utilisant un appât naturel… Cette monture reste encore aujourd’hui, de par toutes les caractéristiques qui la composent, tout simplement redoutable sur nos espèces de carnassiers.

En ce qui me concerne, je n’éprouve aucun engouement envers ce type de pêche. S’il reste évident que les pêches hivernales à l’appât surclassent les pêches aux leurres, pêcher avec la même monture constamment tout en utilisant des appâts naturels ne me correspondait tout simplement pas. Cette pêche mécanique, que je respecte complètement mais dont j’ai toujours un peu de mal avec l’éthique (catch and release tout en prélevant sciemment la vie) et qui met davantage en avant le résultat plutôt que l’approche, reste bien moins intéressante et diversifiée que la recherche d’un pattern à partir de plusieurs techniques.


Toutefois, il aurait été stupide de cantonner l’utilisation du plomb poire à la pêche au mort manié et c’est à force de me creuser les méninges que j’ai découvert en lui de nombreuses propriétés plus qu’intéressantes.

Le pourquoi du comment

J’ai beau chercher dans mes souvenirs, je ne me souviens plus très bien la raison première de l’achat des mes premiers Plombs Clip Poire… Cela devait être au détour d’un rayon, je suis tombé sur ce “truc” en me disant : “tiens un jour ça pourra me servir”.

Des mois plus tard, lors d’une journée difficile de pêche en lac, je testais l’idée un peu saugrenue de pêcher au streamer dans 8 m d’eau, là où se trouvait presque tous les poissons. L’alliance du bucktail, du rabbit et du plomb poire, proposait un leurre planant aux mouvements perpétuels capable de prospecter les herbiers de fond. Je venais de mettre le doigt et de mettre ma patte sur une pêche que j’étais sans doute le premier à expérimenter sur ce lac, les quelques poissons pris avec cette technique laisseront en moi un souvenir impérissable, celui d’avoir analysé, innové, testé… puis réussi.

 

Un jour, un essai, une découverte qui allait changer ma pêche à jamais


Laissez libre cours à l’imagination

Mon utilisation du plomb poire ne se cantonnait à l’époque qu’à alourdir simplement les leurres qui n’étaient à la base pas conçus pour être lourds. Je prenais le temps de tester l’utilisation de ce plomb sur de nombreux leurres durs constatant que pour une majorité d’entre eux, cela ne fonctionnait pas car il n’était tout simplement pas conçus pour ça…

Mais je retiens surtout les quelques succès de tous ces essais, comme l’association de ce plomb avec des jerkbaits à brochet. Souhaitant alourdir mes leurres pour pêcher plus profondément, j’avais testé avec plus ou moins de réussite, comme beaucoup, les plombs d’équilibrage de pneu avant de me rendre compte que non seulement les Plombs Clip Poire préservaient beaucoup mieux l’équilibre du leurre à la descente, mais qu’en plus ils permettaient en quelques secondes d’adapter le grammage du plomb utilisé au biotope pêché. Si certains peuvent être repoussés par le manque d’esthétisme de cet « appendice de plomb pendant », je vous rassure, les poissons eux y prêtent beaucoup moins d’attention. La monture H²O Plus prenait bien du poisson il y a 10 ans, elle en prend encore aujourd’hui.

Un brochet d’hiver attrapé sur un swimbait sévèrement alourdi avec un Plomb Clip Poire 18 gr


Il peut presque tout faire
La gamme de plomb poire aujourd’hui commercialisée s’étale sur les grammages suivants : 4, 6, 8, 10, 12, 15 et 18 grammes.

J’utilise les petits grammages sur des minnows de taille modeste pour la recherche de l’aspe ou de la truite en grande rivière. Cela à tendance à altérer quelque peu la nage mais sur des animations rapides et saccadées, s’en devient presque imperceptible tout en me permettant de lancer mon leurre loin et de prospecter beaucoup de terrain voir des postes inaccessibles habituellement. Je prépare actuellement un voyage de pêche au salmonidés en Amérique du nord où il est souvent prohibé d’armer son leurre avec plus d’un hameçon simple à ardillon écrasé et je compte bien utiliser des plombs poire pour répondre à cette problématique et tenter de conserver l’équilibre des leurres qui ont été conçus pour nager de façon équilibrée avec le poids de deux hameçons triples.

Les grammages intermédiaires comme les 8, 10 et 12 grammes me servent régulièrement pour la pêche des percidés. Je ne m’embête plus à acheter des plombs spéciaux pour drop shot, j’ai trouvé dans les plombs poire un substitut tout autant efficace et qui en plus fait double emploi dans mes boîtes. J’utilise également les plombs poires pour des montages comme le Jika Rig, un montage tout simplement redoutable sur les sandres calés dans les arbres morts où seuls les audacieux prennent vraiment le risque de les rechercher dans peu d’eau.

 

Une craw Gary Yamamoto ici montée en Jika Rig, une des montures les moins connues et qui pourtant a un potentiel énorme sur nos biotopes encombrés



Les grammages plus lourds comme le 15 et 18 grammes me servent surtout dans les pêches lacustres et sur les pêches de brochet. Les gros swimbait souples comme les bulldawg tolèrent très bien une “surcharge” ventrale. Cela ne dévie en rien leur nage et permet de prospecter plus rapidement des couches d’eau habituellement inexplorées avec ce type de leurre.

 

Ici positionné sur le ventre d’un S’Trout de Biwaa, le plomb poire ne déséquilibre pas la nage des swimbaits

 

Ils pourront également être largement utilisés en mer sur des leurres comme des turluttes pour la recherche des céphalopodes ou alors comme plombée d’une légère palangrotte.

Pourquoi s’encombrer de plombs drop shot ? Ce montage à l’aide d’un Slit Shad 4 pouces reste très efficace.


A vous de jouerUtilisés à bon escient au bon moment, les Plombs Clip Poire pourront débloquer bon nombre de situations. Au delà de leur côté pratique, ils vous invitent à repenser votre pêche, à l’affiner et la diversifier… bref à trouver la clé. Très pratique et rapide à monter/démonter, il faudra toutefois porter attention à ne pas abîmer à la longue, le clip métallique qui pourrait alors avoir tendance à s’ouvrir.

Le fossé entre réussite et échec n’est souvent pas bien large, les Plombs Clip Poire vous aideront, comme d’autres accessoires, dans votre quête de le réduire au possible. Il y a ceux qui savent que ça ne se joue bien souvent à pas grand chose et il y a les autres, choisissez votre camp.

 

N’hésitez pas à me contacter sur Facebook ou par mail si vous voulez encore plus d’infos ou tout simplement pour parler pêche ! ;)

So many fish, so little time…

Joss’