Un mois « Mai-Figue, Mai-Raisin » !

Déjà un mois que la pêche des carnassiers en seconde catégorie est lancée, les cannes casting sont enfin ressorties du placard et le bateau a repris du service. Un début de saison assez compliqué pour ma part entre un emploi du temps chargé, couplé à une météo capricieuse (pour ne pas dire catastrophique) sur la région Toulousaine. Voici un petit retour sur les quelques sorties effectuées …

J’ai déjà dû patienter une semaine pour pouvoir faire « l’ouverture », lors d’une petite sortie sur le nouveau bateau de mon ami Jean-Louis où nous ne trouverons pas la solution. Une eau déjà très chaude pour la période et partout d’énormes bancs de poissons, la majorité étant des alevins de l’année, saturant le sondeur et sans doute l’estomac de nos chers carnassiers. Le problème dans ces cas là, c’est qu’on arrive trop tard ! Les carnassiers ont, en général, déjà refait le plein d’énergie d’après fraie grâce à cette nourriture facile et en abondance. Dès lors, les périodes d’activités deviennent assez restreintes, les poissons peu agressifs et souvent focalisés sur ces bancs d’alevins. Un brochet avec les yeux plus gros que le ventre, se fera néanmoins séduire par le très prometteur Submission Shad en linéaire sur une bordure boisée.Brochet pris sur matériel Sakura

La semaine suivante, les échos à droite, à gauche n’annoncent toujours rien de fameux dans le coin que ce soit en lac ou sur les rivières, qui, toujours gonflées par les pluies ou la fonte des neiges n’offrent pas d’alternatives valables autres qu’un coup de poker.

Le départ pour les vacances prévues en Dordogne, en bordure limitrophe du département du Lot, tombe à pic. Les quelques informations glanées (merci à la science M.P) indiquent des niveaux forts et surtout teintés après de fortes pluies mais les prévisions météo annoncées (grand soleil et fortes températures) laissent espérer un retour à la normale. Même si ces vacances ne sont pas orientés uniquement pêche, c’est vraiment la grande aventure sur cette belle rivière totalement inconnue. Sur place, ça pousse vraiment très fort, l’eau est marron mais nous y sommes…Falaises de la DordogneLa première sortie, sous une chaleur caniculaire, sera dédiée à la découverte de cette superbe rivière sauvage. En fait je ne sais pas si je peux dire que j’ai vraiment pêché tellement j’ai subi la puissante loi dictée par la Dordogne sur cette journée et je dirai plutôt que l’on a fait une espèce de descente plus ou moins sportive à la manière des canoës croisés. La pêche ou du moins ce que j’ai tenté de faire le long des bordures ne peut se faire qu’en dévalant, en veillant constamment à bien gérer la dérive, au moteur électrique, pour ne pas finir contre une falaise ou coincé sur un radier. Hormis la beauté du paysage, rien à retenir si ce n’est quelques frayeurs dans les courants pour ma chère. Pour une première prise de contact, le ton est donné !
Le deuxième jour, le choix se portera sur un autre secteur plus finement étudié. Le but est d’essayer de trouver des zones susceptibles de limiter un peu plus le courant (dans le coin ou j’étais, n’essayez pas, c’est peine perdue !!)  et de privilégier au maximum les couasnes (bras mort local). C’est d’ailleurs dans une immense couasne avec de l’eau plus claire et surtout plus calme que je passerai l’essentiel de mon après-midi.

Couasne de DordogneUne pêche de prospection rapide me rapportera les premiers poissons du séjour (deux petits brochets flirtant avec la maille, suivi d’une jolie perche), au Bomba Crank qui se révèle parfait pour cela. Le coup du soir m’offrira également mes premiers contacts avec les fameuses truites de la Dordogne, mais aucune ne daignera monter à bord. Je rajouterai une perche et un chevesne au Slit Shad Finesse 4″ sur une zone de contre-courant devant la mise à l’eau. (L’appareil photo ayant pris un coup de soleil, je n’aurai pas de photo « exploitable » de cette journée). C’est également lors de ces deux premiers jours, que je ferai la rencontre des fameux radiers aux galets mangeurs d’hélices…dans l’eau teintée, ils se régalent et me gratifient de quelques « marques » en souvenir.

La Dordogne

Les deux jours suivants, deux nouvelles portions de rivière sont sélectionnées, l’eau s’est un peu éclaircie, le niveau a légèrement baissé et le courant faiblit de jour en jour. La troisième sortie débute péniblement et après avoir cherché un long moment une mise à l’eau (comme tous les jours au final), on démarre enfin aux alentours de 14h30 (il faut noter que les journées ne débutent pas avant 11h minimum, en vacances avec ma miss).

Après un peu de navigation, un joli poste se dessine en limite de courant principal : un radier en amont, un long contre courant assez profond avec en limite de la veine principale une belle cassure repérée au sondeur. J’essaye d’abord de prospecter rapidement au crank toujours avec mon fétiche Bomba Crank, puis j’opte pour un leurre souple et monte un Slit Shad 3 » pour passer plus creux, le long de cette cassure. Sur le premier passage, un léger poids pendant la dérive – ferrage réflexe – rien ne bouge et pourtant la canne est pliée. Le poisson bouge enfin, -« Ouuuhh c’est lourd »- les coups de tête sont typiques d’un joli poisson, la Ten Fighters ML encaisse sans problème et me permet de contrôler le combat dans le courant. Ce qui est sur, ce n’est pas un silure et le combat tout en lourdeur n’est pas propre au brochet ! Un reflet argenté perce les profondeurs et vient confirmer mon sentiment puisque quelques secondes plus tard un superbe sandre vient crever la surface avant de replonger en force. Le poisson est solidement piqué sur le bord et je n’hésite pas à écourter le combat en lui mettant autant de pression que peut accepter ma tresse Sensibraid en 0.08 mm et mon bas de ligne en 0.25 mm. Après un combat vaillant (rien à voir avec nos « serpis » habituelles), ce gros sandre de rivière rend les armes et se fait épuiseter par ma douce.

Sandre pris sur matériel SakuraVu les températures très élevées, nous ne trainons pas et la séance photo est écourtée au maximum pour relâcher ce splendide poisson bien en forme.

Pêche du Sandre sur le DordogneMoins d’une heure de pêche et nous sommes aux anges, les frustrations et difficultés des jours précédents sont déjà oubliées. Le petit moment d’euphorie partagé sur le bateau fait vraiment plaisir et on savoure tous les deux. Je me replace et refait le même passage, plusieurs fois et  – nouvelle touche – voilà maintenant un brochet dodu, piqué « finement » qui a, lui aussi, succombé au même leurre avant de terminer dans l’épuisette.

Brochet pris au Slit ShadSitôt pris sitôt relâché, ma « photographe personnelle » en profitera pour réussir un superbe cliché immortalisant cette nouvelle rencontre.

Pêche du brochet sur la DordogneCe grand poste sera toujours prolifique même après la pause repas, en me rapportant deux perches supplémentaires, toujours sur le pattern du jour : SAKURA Slit shad et TP Roundguard de 7 g.Belle perche prise sur matériel SakuraLa première perche sera prise en récupération linéaire dans le contre courant, tandis que la seconde craquera sur une animation plus énergique, en « dent de scie », autour d’un obstacle.

Perche de la DordogneLe temps passe vite et la fin de journée sera dédiée à la recherche d’une éventuelle truite avant que le soleil ne disparaisse. Le redoutable Phoxy Minnow HW, à l’aise dans ces grands courants, se fera intercepter deux fois. La première truite se décrochera devant le bateau alors que la seconde, un poil plus grosse, viendra clôturer cette superbe journée qui fut assurément la meilleure après-midi de mes vacances.

Belle truite au Phoxy Minnow HWPour la dernière journée sur la Dordogne, ce sera une « petite session clôture ». Vu le secteur choisi, je décide de ne chercher uniquement les truites (en espérant avoir enfin une éclosion comme j’en ai souvent entendu parler ici… mais le grand soleil annihilera mes espoirs !)

Joli poste sur la DordogneL’après midi passera vite et un pic d’activité interviendra en début de soirée, juste avant de partir. Les poissons se sont activés sur des zones de courant rapides et très peu profondes ou je ne pouvais passer avec le bateau qu’en dérive naturelle, pas de contrôle du bateau possible…

Relâche d'une truitePas mal de touches en peu de temps, des poissons calibrés avec quelques plus jolies dans le tas et surtout une très belle perdue. Pour la dernière sur cette rivière, je ne pouvais espérer mieux.Le phoxy Minnow HW chartreuseTruite prise au Phoxy Minnow HW confirmera qu’il est une valeur sure lorsque les eaux sont chargées et me rapportera tous les poissons dont cette jolie truite qui fût la plus belle du séjour.  La photographe à bord a eu du boulot entre l’épuisetage et les photos rapides mais au final elle ne s’en sort pas si mal!!

Le Phoxy Minnow HW Sakura fait craquer les truitesAprès mon retour des vacances, c’est sur le Lot que je suis allé prendre la température pour la pêche des carnassiers, en compagnie des copains de la Bass Ac’ ou de David et de nos compagnes. Ces deux sorties ont un gros point commun : un manque flagrant d’activité.

La DordognePour dire la plus grosse activité sur « la barquette » de Fil, sera de bricoler l’hélice du moteur élec’ qui tourne dans le vide (avec un axe tombé à l’eau c’est tout de suite plus difficile…) et une fois réparé, d’essayer de pêcher une journée avec des batteries mollassonnes… A force de battre les bordures, deux perches auront pitié et viendront nous rendre visite, manière de plier (un peu) la Trinis Neo spécial Cranking !

Parfaite pour le crankbait, la Trinis Neo casting GlassL’une au crank Golem 200 autour d’une structure immergée et la seconde embusquée en bordure sur l’inévitable Bomba crank.

Perche prise au crankbait Rodeus 40FPour la fin de journée, vu le néant rencontré par tout le monde, nous décidons de changer de bief. Après un rapide transfert, Fil touche quasi immédiatement un gros chevesne au crank mais ce n’est pas la fête pour autant. Sur la fin du parcours, un banc de perches suit mon crank jusqu’au bateau. Je choisis de les tenter avec un leurre plus petit et monte un Rodeus DR sur la Ten Fighters ML. Au bout de quelques lancers, c’est un brochet inattendu qui est finalement venu intercepter cette friandise !

Joli Brochet pris sur matériel SakuraOn ne retrouvera pas le banc de perches, et on décide d’en rester là, comme dirait un scientifique en devenir : Fin du bal !

Pour la dernière sortie de Mai avec David même si le but premier était de lui faire découvrir le Lot, quelques poissons étaient néanmoins espérés. En réalité, pas de suspense nous ne verrons pas grand chose.

Partie de pêche en vue !Le Rodeus crank sera le seul moyen de faire bouger quelques poissons sous un soleil de plomb. Les chevesnes commencent juste à marauder en surface et paraissent apathiques mais certains ne résisteront pas devant ce frétillant petit encas.

Joli chevesne au Rodeus 40FUn poisson « bonus » sortira de nulle part pour m’offrir un combat tout en rush et chandelles. Une truite Arc en Ciel de très belle taille et sans aucun doute fraichement lâchée, viendra cueillir le petit crank en plein courant.

Truite Arc-en-Ciel prise sur matériel SakuraLes perches et les brochets resteront totalement absents et seuls quelques chevesnes de plus viendront clôturer cette journée…

Le nylon Aya Sakura est très polyvalentCette session marquera la fin de mes sorties pêches pour le moment. Un mois qui a alterné du bon et du moins bon, qui au final reste assez mitigé coté pêche mais toujours instructif. Le mois de Juin est là, les eaux vont se réchauffer encore un peu et les pêches estivales de surface vont enfin faire leur retour ! L’activité des poissons à l’heure où j’écris ces lignes a l’air de bien démarrer dans le coin… Pour ma part, le retour au bord de l’eau est proche grâce à un emploi du temps qui s’allège enfin !

Je vous dis donc à très bientôt au bord de l’eau !

Thierry Calmont

 

Matériel employé pour la pêche des carnassiers :

Canne SAKURA Trinis Neo casting MH Glass (special cranking)Moulinet Calix 5.1Aya 0.30 mm

Canne SAKURA Ten Fighters MLMoulinet Ryobi SLAM 1000Tresse Sensibraid 0.08 mmImpact Shock Leader 0.25 mm

Leurre SAKURA Bomba Crank 60 (Coloris Aurora Minnow)

Leurre SAKURA Golem 200 (Coloris Aurora Perche)

Leurre SAKURA Phoxy Minnow HW  (Coloris Chartreuse et Trout)

Leurre SAKURA Rodeus Crank DR (Coloris Real Life Perche et Aurora Minnow)

– Leurre SAKURA Slit Shad 3″ (Coloris Ghost White) & TP RoundGuard

– Leurre SAKURA Slit Finesse 4″ (Coloris Wakasagi) & TP RoundGuard

Leurre BIWAA Submission Shad (Coloris Arkansas Shiner)