South Croatia Experience

Ayant décidé de me rendre dans le Sud de la Croatie pour quelques mois, je vais pouvoir me concentrer exclusivement à la pêche en mer. Mon expérience sur ce terrain étant limitée, je vais ainsi pouvoir faire face à de multiples conditions et ce, dès mon arrivée.

The decision to move to the south of Croatia for a few months meant I could devote my undivided attention to experience sea fishing. Not to say I don’t have the experience, but I’ve never really had the chance to fish under varying conditions on sea, which became very obvious almost as soon as I started.

 

Neretva river mouth landscape by photograph robert pljuscec

So I made it. Shortly after I arrived the decision was made: I’ll fish for seabass from the coastline because I don’t have a boat or a kayak. I’ll take advantage of the hotspots known for a big catch and eventually I’ll lure one in. The first week went ok. The second week it started to take a turn and it was already getting worse. Week 3 left me completely demotivated and I was losing confidence in what i was doing. Every now-and-then I’d managed to catch a bass but they were pretty small. My frustration was rapidly on the rise and what confused me the most was every time I’d leave a fishing spot, word would get out of someone who just had a good catch! Hearing this had me coming back to the same spot because I thought it was just a matter of timing – be there when it’s right. Again, I was wrong.

N’ayant ni bateau, ni kayak, j’ai rapidement pris la décision inévitable de pêcher du bord… On ne peut pas dire que j’ai vraiment eu le choix… Ayant eu échos des spots où se sont capturés de gros poissons, je me rends sur les lieux et avec un peu de chance je pourrais en prendre un moi aussi. La première semaine a été sympa, la suivante un peu plus difficile, et quant à la 3ème… Celle-ci m’a fait perdre toute confiance en ce que je faisais, car les seuls poissons que j’arrivais à attraper étaient minuscules. Ma frustration a rapidement atteint des sommets lorsqu’à plusieurs reprises alors que je quittais le spot, j’entendais un pêcheur s’exclamer puis quelques instants plus tard s’extasier devant sa prise ! Je me forçais à y retourner le lendemain, pensant que ce n’était qu’une « histoire » de timing, mais j’avais tort, car le scénario se répétait encore!

small seabass caught with sakura golden bay rod seabass in shallow water in south croatia picture by robert pljuscec

« This area of pain divides the champion from someone else who is not a champion. » Arnold Schwarzenegger

Comme le dit Arnold Schwarzenegger « C’est la zone où la douleur supportée divise le champion de quelqu’un d’autre ».

mouth neretva frozen shot by photograph robert pljuscec south croatia landscape by robert pljuscec team sakura

Fishing is a form of relaxation but it’s also an addiction and competition against yourself. At least, that’s what it’s like for me. After all the failed attempts, day in day out, I knew I only had myself to blame. Unfortunately (or fortunately), I’m not the superstitious type to believe in bad karma or luck. I don’t have that luxury. Because I had to admit my own failures, I started to beat myself up over it, but I also started to look for solutions. So I came up with a new plan of attack. I decided to source some completely new places to fish and close myself off to the outside world and  ignore the stories of the locals who were catching big time. I knew this new plan meant a lot of searching and waiting( again ), but I still believed that there was a pot of gold at the end of the rainbow. One thing I didn’t decide to change were the lures. Using Sakura’s Slit Shad I’ve managed to caught plenty of seabass and I trusted in the lure, it’s my number one when it comes to soft lure. I’ve used the hard lures a little less but I’ve also given the Sakura surface Naja a fair go. 

La pêche est une forme de relaxation, mais c’est aussi une addiction et une forme de compétition avec soi-même ou avec les autres. Après toutes ces tentatives infructueuses, jour après jour, je savais bien que je n’avais que moi-même à blâmer. Malheureusement (ou heureusement), je ne suis pas du genre superstitieux à croire au mauvais karma ou à la chance. Je n’ai pas ce luxe. Parce que j’ai dû admettre mes propres échecs, j’ai aussi dû chercher des solutions.

Pour mon nouveau plan d’attaque, j’ai décidé de trouver des endroits complètements nouveaux, en me concentrant sur ma pêche et en ignorant les belles histoires passées.

Bien sûr cela signifie beaucoup de sacrifices en temps et en recherche, mais je crois réellement que cela permettra de trouver « le pot d’or qui est au bout de l’arc en ciel ». La seule chose que j’ai décidé de ne pas changer est le leurre, avec le Slit Shad j’ai attrapé tellement de bars que j’ai entièrement confiance en ce leurre. C’est mon titulaire quand il s’agit de leurres souples ! J’avoue avoir moins lancé de poissons nageurs, mais le Naja a aussi sa place dans les titulaires.

sea bass croatian caught with a sakura slit shad soft lure slit shad 100 coloris blue back bien rangé dans la gueule de ce bar

I literally covered kilometers of shoreline and one day I finally came across a large school of decent sized fish. I came back to the same spot the next day and they were gone, but I found the sneaky fellas at another location. Again, when I returned to the new spot, they had moved again the next day. The good news is, eventually they’d came back to the same spots I found them…sooner or later, never on places I never saw them. So, I managed to eliminate pointless locations from my search. I didn’t have sonar to locate a tree stump, hole or passage, but it was obvious I came across something that suited them there. In the beginning I started tracking during the day. I also tried at night to test my luck.  Finally one day I managed to catch 20 fish just like that. I wasn’t working with the tide but an ebb tide, it was windy, and a light north wind was blowing, not to mention it was high noon. Basically, the most unideal conditions. But I manage to have a good session.

J’ai littéralement couvert des kilomètres de rivage, et un jour je suis finalement tombé sur un immense banc de poissons de taille décente. Le lendemain, je suis retourné au même endroit et bien sûr ils n’y étaient plus, mais je les ai retrouvés dans le secteur. Idem le jour suivant. La bonne nouvelle est que finalement ils reviennent tôt ou tard sur les lieux repérés précédemment. Il me restait à savoir ce qui leurs convients ici, car sans sondeur je peux difficilement trouver les trous, obstacles, et autres passages qui les retiendraient sur telle ou telle zone. J’ai donc pris la décision de les traquer véritablement, y compris la nuit (pour tester ma chance), et j’ai finalement réussi une belle session à 20 poissons. Il se trouve d’ailleurs que ce jour-là, le vent du Nord soufflait constamment, la marée était descendante, et qu’il était plein midi… Autant vous dire qu’on était loin des conditions idéales pour une bonne session.

un joli bar de croatie pris par robert pljuscec du team sakura dans le sud de la croatie

The next few days I didn’t rush off fishing at the crack of dawn I took my time and went from spot to spot and would regular catches of 2-3 fish with the Slit Shad, ranging from 0.5 to 2kg. I previously mentioned the Naja; while searching for locations for the soft and hard lures, I also kept my eye out for fish that were active on the surface. I didn’t see too many, but I did come across a few sweet spots. On the days where I had no luck with the soft lures, I went off to fish on the surface and I had luck. I always had a back up. It’s worth mentioning that the spots where the fish were active on the surface didn’t change for weeks. Why? I didn’t give it much thought. Like most fisherman, I have a tendency to overthink things and drown myself in thought. I simplified the situation. I just knew, if I come there, I have few casts, and if they don’t bypass the lures, i’ll catch them. If I’d miss few times, they wouldn’t surface again.

Les jours suivants, je ne me suis pas précipité pour aller pêcher au crépuscule. J’ai plutôt pris mon temps en allant d’un endroit à un autre, et en capturant régulièrement 2 à 3 poissons allant de 0,5 à 2 kilos par spot. Là encore j’ai utilisé quasi exclusivement le Slit Shad, même si je gardais un œil sur l’activité de surface et un Naja à portée de mains au cas où. Il n’y a qu’une seule fois où la pêche en surface a bien fonctionner, mais bizarrement rien ne mordait au souple. Pourquoi ? Comme un pêcheur je ne cherche plus trop à comprendre. Je sais désormais que sur ces zones habituelles pour le leurre de surface,  il suffit d’effectuer quelques lancers pour attirer l’attention d’un poisson actif, et de ne surtout pas manquer les attaques car ils ne reviennent pour ainsi dire jamais.

seabass tail picture done by robert pljuscec team sakura croatia

I know you’re thinking, “Why didn’t he change the lures, the size, and the rattle. I did, but as soon as I would change them, there’s no bites. So even the slightest change in tactic would kill off all my chances. Once again, I didn’t think too hard about why this was the case and just went with the flow. It was clear the fish were schooling me and it was hard, but my fishing technique had done a 360 and I was practicing all styles of fishing. Just as Franck Rosmann once compared fishing on casting and spinning reel….. And just like you can’t play golf with one club, you also can’t fish with only casting or spinning gear. You need to practice both methods to cover all. That’s what was happening here. I had solutions for all types of lure fishing and although I would experience some bad days, it never lasted as long as it did before.

Je sais que vous vous demandez: «Pourquoi n’a-t-il pas changé de leurres, de tailles, de sonorités ? ». Je l’ai fait, mais dès que j’en changeais les touches cessaient. Donc, même le moindre changement de tactique tuerait toutes mes chances. Encore une fois, je n’ai pas trop réfléchi à la raison pour laquelle c’était le cas. Il était clair que les poissons m’instruisaient et que c’était dur, mais ma technique de pêche avait fait un bond en avant et je pratiquais tous les styles de pêche. Tout comme Franck Rosmann a comparé la pêche en casting et en spinning…  Et tout comme au golf où il est impossible de jouer uniquement avec un club, vous ne pouvez pas exclusivement pêcher uniquement en casting ou en spinning. Vous devez pratiquer les deux méthodes pour couvrir toutes les pêches et les situations rencontrées. C’est ce qui se passait dans mon cas. J’ai désormais des solutions pour tous les types de pêches aux leurres, et même si je fais l’expérience de quelques mauvais jours, ceux-ci n’ont jamais duré aussi longtemps qu’auparavant.

bar pris au slit shad par robert pljuscec team sakura croatia sur la Neretva

From time to time I came back to the hot spots where I had previously lost a lot of time. It’s always worth a shot. But it often led to the most frustrating times. Locals here sell fish for some extra cash and seabass is a daily sighting for them. Around 90% of the time when I’d encounter a local fisherman on the water, they’d have a small cooler with them. So it was better to stay away from the potential massacre!

De temps en temps, je revenais aux « hot spots » où j’avais déjà perdu beaucoup de temps précédemment. Ça vaut toujours le coup. Mais cela m’a souvent conduit à beaucoup de frustration. Ici les locaux vendent leurs poissons pour un peu d’argent et le bar peut parfois leur rapporter gros. Dans 90%  des cas lorsque je rencontre un pêcheur local, il se déplace avec une glacière… C’est vous dire !! Au final il valait mieux que je reste loin de cette cohue macabre !

Neretva mouth river in southern croatia shot by robert pljuscec photographer

When I think about everything that helped me turn my fishing around, I would definitely list a few pieces of advices I got from the locals, you just need to know how to filter out the crap, and that also comes from experience. Not to mention, something that works for one person doesn’t necessarily mean it will work for another. If I was to give advice to someone heading out to fish in an unknown location I would say this: be persistent, believe in yourself and the lures you are casting and explore as much as you can. You can’t allow yourself to be lazy. Also, don’t let those individuals who keep saying they catch all the time discourage you. New learning opportunities present themselves even to the best and most experienced of us.

This is something that should motivate you, not the other way around. After this winter experience and my newly acquired skills, I’m even more excited for spring and season to come. I’ve discovered a new addiction and a moment of realization about this place that has made me fall in love with fishing all over again.

Quand je pense à tout ce qui m’a aidé à transformer ma pêche récemment, je dois dire que les conseils des gens du pays m’ont bien aidé (même si il m’a fallu un peu de temps pour filtrer les infos merdiques, mais avec le temps on y arrive). Sans parler de ce qui fonctionne pour une personne et qui ne fonctionnera pas nécessairement pour une autre, si je devais donner des conseils à quelqu’un qui se rend à la pêche dans un endroit inconnu, je vous dirais ceci : il faut être persistant, croire en vous-même et dans les leurres que vous utilisez, de parcourir le plus de terrains possibles, de ne pas être paresseux, et de ne pas se laisser décourager par les discours poissonneux d’individus egocentriques. Ces nouvelles « leçons » se présentent aux novices comme aux plus expérimentés d’entre nous, et ce tout au long de la vie d’un pêcheur. C’est quelque chose qui devrait vous motiver et pas l’inverse.  ;)

Après cette expérience hivernale et mes compétences nouvellement acquises, je suis encore plus excité pour ce printemps et cette nouvelle saison à venir. J’ai découvert une nouvelle addiction qui se concrétise sur cet endroit qui m’a refait tomber en amour avec la pêche…encore une fois.

Team Sakura croatia with a bass caught in south croatia at Neretva river mouth

Some of you might be interested in the equipment I used. I used the Sakura Golden Bay rod, a size 4000 spinning reel, 8X Sensibraid and long 4m Impact Shock Leader fluorocarbon leader. I tied the leads in FG knots because when you stuck someware if it snaps, it snaps right on the lure, and leaves me with a long piece that I can still fish with. As I was only fishing during the day and in clear waters, a shorter lead wasn’t really an option in my opinion. While fishing with soft lures I noticed a few interesting things – the seabass would follow the shad as it descended, just like bass, and it often targets it in places where it hits the sea bed. Often, it would startle if I made short, sudden movements. Once I figured this out, I’d often abruptly raise the soft lure with strong snap with the tip of the rod and then let it descend down slowly. That’s what seems to work  most often.

Certains d’entre vous pourraient être intéressés par l’équipement que j’ai utilisé, dont voici la liste : J’ai utilisé une canne  Sakura de la série Golden Bay, un moulinet taille 4000, de la tresse 8X Sensibraid et un long bas de ligne de 4m en fluorocarbone Impact Shock Leader.  J’ai utilisé le nœud FG qui est particulièrement résistant et supporte toutes les tractions sans casser au nœud. Un long bas de ligne m’a été nécessaire car j’ai pêché principalement en journée et dans une eau ultra claire, alors en faire un plus court aurait vraiment été une option peu recommandable à mon avis.

Lorsque j’ai pêché aux leurres souples, j’ai pu remarquer quelques trucs intéressants. Notamment que les bars avaient une préférence pour les shads lors des phases de descente, alors qu’ils se désintéressaient d’un leurre dans les animations brusques. J’animais donc mon leurre en le décollant rapidement du fond pour ensuite garder ma bannière tendue afin de le faire évoluer en planant. Dans les zones où le sable forme des cuvettes où les bars aiment se caler pour chasser, cela a été particulièrement efficace.

canne sakura golden bay et un bar photo pris par robert pljuscec de team croatia

You can adapt these lures and equipment to most conditions: murky waters, deep currents…in my opinion they work pretty much anywhere, you just need to find the fish. Never stop fishing ;)

Vous pouvez adapter ces leurres et votre équipement à la plupart des conditions: eaux troubles, courants profonds … à mon avis, ils fonctionnent à peu près partout, il suffit de trouver le poisson. Ne cessez jamais de pêcher ;)

zone de kite surf du sud de la croatie

I wish you all the best in 2017.
Je vous souhaite tout le meilleur en 2017.

 

Robert PLJUSCEC SPINERI