Slit Shad Color Test

Dimanche soir 22h,…un rapide coup d’œil par la fenêtre, le vent est complètement tombé, c’est le calme avant la tempête annoncée à partir de demain et pour toute la semaine.

Les coefficients de marée sont plutôt bons (84) et nous sommes le lendemain de la nouvelle lune, il pourrait bien y avoir un bon coup à jouer du bord, sur un secret spot pas très loin de chez moi.

Je prends donc une poignée de leurres montés, notamment les nouveaux coloris proto de Slit Shad. En effet, pas besoin de s’encombrer de 30 kg de matos, le pattern est relativement simple sur ce spot, un shad très mobile sur une TP anti-herbe roundguard de 5 ou 3,5 g, que l’on va lancer 3/4 amont et laisser travailler dans le courant en cranking tout simple.

Une fois arrivé sur place, il y a encore un peu trop d’eau pour accéder à la partie intéressante du spot, je peigne donc les bordures au Slit Shad 4″, monté sur une TP Power finesse 5 g. La forme de la tête s’adapte parfaitement à ce type de leurre, et lui confère un rolling particulièrement prononcé.

Slit Shad SakuraLe résultat ne se fait pas attendre, puisque le leurre se fait rapidement intercepter dans le contre courant crée par la bordure. Le poisson est de taille modeste, mais cela laisse augurer une session sympa.

bar au slit shad sakuraLe temps de le remettre à l’eau et je m’aperçois que le niveau d’eau est maintenant assez bas pour accéder au Hot Spot, celui qui abrite généralement les plus gros poissons. Je m’avance donc avec précaution dans l’eau, et arrive sur le petit plateau rocheux qui borde le chenal.

Les premiers lancers ne donnent pas grand-chose, je change donc d’angle de tir pour laisser mon leurre faire du surplace, à la limite de la zone de courant. Le premier passage est le bon, je prends une maxi cartouche et ferre un joli poisson. Deux options sont possibles à ce moment là : soit j’arrive à le brider à mort pour éviter qu’il dévale le courant et m’embarque 60 m de tresse, généralement synonyme de casse vu les blocs rocheux parsemés d’huitres, soit je la joue plus cool et je ne suis pas du tout sûr de revoir le gazier…

Ça passe ou ça casse, je bloque la bobine à la main et lève la canne à fond pour lui coller une pression maximum afin de l’empêcher de démarrer. Ça à l’air de marcher, puisque j’arrive à maintenir sa gueule à la surface, qu’il secoue rageusement et à l’empêcher de rejoindre le courant principal. Coup de bol, le spot est peu profond à cet endroit là, il n’a donc pas suffisamment de place pour de gros rushes. Ma stratégie s’avère payante, puisque moins d’une minute après l’avoir ferré, malgré un ou deux démarrages, il est au sec à mes pieds. Le Slit Shad est complètement gobé et semble vraiment tout petit au fond de sa gueule.

bar au slit shad sakuraAprès une rapide mesure, il accuse 74 cm sous la toise, un joli poisson de début de saison. Le temps de faire quelques photos souvenirs, et le pépère repart à l’eau tranquillement.

bar au slit shad sakuraPas de photos de la remise à l’eau, désolé…j’ai bien essayé de vous faire une petite vidéo, mais j’ai largement surestimé les capacités de prises de vues nocturnes de mon appareil. C’est particulièrement bien filmé, le cadrage est parfait mais au final on ne voit rien, c’est tout noir…

J’insiste sur le fait de remettre ce genre de poisson à l’eau, surtout sur les spots du bord, car ils y sont malheureusement de plus en plus rares.

Sylvain GARCIA