Querida Extremadura

Après deux mois de fermeture de la pêche il nous tardait de pouvoir mettre nos leurres à l’eau … Pour calmer notre impatience, nous avons décidé avec Brice de faire une virée espagnole en Extremadura pour chercher le Bass.

Accompagnés de mon frère Jean-Marc et d’Alexandre Portheault, nous voilà partis direction Orellana et son lac mythique pour les gros brochets et également pourvu d’une jolie population de Black Bass. Nous avions réservé les services de deux guides locaux afin de mettre un maximum de chance de notre côté pour toucher de beaux poissons. Je savais, pour connaitre les lieux, que nous ne pouvions laisser place à la moindre improvisation aussi nous avons choisi  deux compétiteurs connaissant parfaitement ce plan d’eau Dani Martin et Oscar Florencio Diaz (Vainqueur de la Nitro Cup et  Siberia Bass Extrême 2013) pour nous guider.

team Sakura

Nous avions choisi cette dernière semaine de Mars avant que la période de frai ne commence vraiment. Avec le printemps, les températures montent et les jours s’allongeant les Bass colonisent les zones peu profondes. Nous avons opté pour trois  jours de pêche du bord et trois jours de pêche en bateau.

Cette année, les eaux sont encore froides et les poissons sont encore sur leurs tenues de fin d’hiver (espagnol). Nous pêchons les bordures où la couche d’eau est un peu plus chaude dans 2 à 5 m de profondeur. Nos guides nous conseillent d’oublier les leurres de surface et de nous focaliser sur la pêche au jig, d’ailleurs à chaque fois que je tenterai un spinner ou un jerkbait Oscar me dira : « No Michel ! Jig natural ».

bass et team sakura

Durant les trois sorties en bateau sur Orellana nous avons donc pêché au jig (10 et 14 g) avec divers trailers couleurs naturels de la gamme Gary Yamamoto : Flapping’Hog, Kreature et Medium Craw. Nous avons vite compris que c’était le bon choix car les premiers poissons n’ont pas tardé à être mis au sec.

bass et team sakura

Même si nous avons dû  tâtonner avant de trouver la bonne animation nous avons fait de très beaux poissons (de 45 cm à plus de 50 cm pour 2 à 3 kg). Notre seul souci c’était les becs qui venaient, sur certains postes, nous compliquer la tâche en nous obligeant à pêcher avec des bas de ligne plus importants impactant sur nos animations. Cela me permettra de remonter au bateau un « becounet » de 90 cm.  Ma Furiozza FRC 681 MH n’a eu aucun mal à brider les plus beaux poissons mais je dois avouer que la canne qui m’a le plus bluffée c’est la nouvelle Ten Fighters « The Beat ». La moindre tape est ressentie jusque dans le poignet, c’est un vrai bonheur. Pour des combats avec des Bass de près de 3 kg elle n’a pas son pareil…

Pour la pêche du bord, nous avons évolué sur Sierra Brava un plan d’eau où la navigation est interdite et où la population de brochets est moins importante ce qui permet de pêcher avec des bas de ligne un peu plus fin et d’avoir plus de souplesse dans les animations.

team sakura en espagneteam sakura en espagne

Nous avons pêché la queue du lac, une zone peu profonde où les Bass chassaient dans les bancs d’ablettes. Là, je dois dire que Brice nous a fait un festival au Naja 125F.

team sakura en espagneteam sakura en espagne

Il y fera le big fish du séjour, un poisson de 54 cm.  Pour ma part, je me suis éclaté avec ma Furiozza FRS 711 M MG Limited qui animera à merveille mes Fat Ika et Monarc 14 g. Dans ce cadre exceptionnel, nous avons fait des poissons magnifiques et combatifs, qui, même si la pression de pêche semble s’accroître, y  demeurent plus sereins car n’étant pêchables  que du bord.

team sakura en espagne

Nous avons passé un très agréable séjour dans des paysages de rêve et un hébergement au top. Je remercie nos guides Dani et Oscar grâce auxquels nous avons découvert de nouvelles techniques et une approche différente de ce fabuleux poisson qu’est le Black Bass.

A bientôt,
Michel