Post Tournament sur la rivière Calcasieu

Le week-end dernier j’ai pêché deux jours de suite sur la rivière Calcasieu qui coule à quelques kilomètres, pardon quelques miles, de chez moi.

Le samedi s’y déroulait une compétition de club. Le dimanche j’ai continué à parcourir la rivière à la découverte de nouveaux spots.
Post Tournament sur la rivière CalcasieuTenter de comprendre, mettre en place des stratégies, et utiliser des techniques appropriées, voilà ce qui m’habite en ce moment.

Je crois que ce week-end j’ai vraiment trouvé quelque chose d’intéressant Le spot y est central, mais la technique et par prolongement le matériel, sont des éléments essentiels à la réussite.
Post Tournament sur la rivière CalcasieuLa rivière subit l’influence des marées, ce qui engendre, par définition, beaucoup de mouvements. Évidemment je ne parle pas uniquement d’eau, mais de tout ce qui va avec, à savoir nourriture et poissons.

J’ai localisé plusieurs spots identiques, des petites arrivées d’eau, peu perceptibles, qui s’échappent de la forêt inondée. L’embouchure de cette pseudo mangrove est peu profonde, mais retient la nourriture et maintient donc les poissons postés.

J’ai beaucoup pêché light Texas (5 grammes, hameçons 2/0, Fat Baby Craw Gary Yamamoto couleur green pumpkin). J’ai employé une Furiozza 7’4 Heavy, un Oxio CTi 7.1  et du fluoro en 12 livres.

Les touches quasi imperceptibles, à peine un toc, puis un très léger déplacement. Les poissons étaient collés aux pieds des arbres et réagissaient à l’arrivée du leurre sur le fond.

Sur une zone très réduite il y avait souvent plusieurs poissons. Lorsque les touches ralentissaient, je me suis rendu compte quand je récupérais ma ligne en moulinant lentement, que les poissons suivaient et touchaient le leurre du bout du nez sans s’en saisir. Même l’attractant n’y changeait rien.

Un chatterbait fera l’affaire dans ces conditions….

Post Tournament sur la rivière CalcasieuCe vibration jig de quatorze grammes associé à un grub m’a permis d’effectuer un slow cranking parfaitement adapté au spot et au comportement des poissons.

Post Tournament sur la rivière CalcasieuLes touches encore une fois, se manifestaient par un simple poids au bout de la ligne.

Cette association de techniques m’a permis de sortir de l’eau vingt six bass, pour une limite à cinq poissons de plus de dix livres. J’aurais gagné la compétition de la veille avec presque trois livres d’avance…
Pour mettre en place cette technique j’ai employé une nouveauté qui est désormais incontournable dans mon set de cannes : la Trinis Neo 7 pieds Medium Heavy fiberglass.

Cette « fibre » a une action idéale pour toutes les pêches dites à cranker et la qualité de son blank me permet de conserver de la précision, ce qui est primordial en rivière.

Je possède deux Trinis Neo fiberglass et je sais qu’elles vont être de précieuses alliées dans les mois à venir.

Pour les non initiés, la fibre de verre revêt plusieurs avantages. C’est un confort de pêche indéniable, car cranker durant douze heures de rang peut s’avérer douloureux. Cela permet également à la canne de plier lorsque le poisson aspire le leurre et de nous dégager un petit temps de latence pour « ferrer ». Je mets des guillemets, car en réalité lors de la touche c’est plus une accélération de la récupération couplée à une compression de la canne vers la direction opposée au poisson.
Le week end prochain je me rends à Shreveport sur la Red River, lieu mythique, pour une autre compétition de club. Ca va être délicat, mais nul doute que les produits SAKURA vont m’aider une nouvelle fois à trouver des solutions.

KEEP ON FISHING

JC