No Spring

Cela fait quelques temps que je ne vous ai rien raconté car j’étais très occupé et les poissons n’ont pas été vraiment coopérants. Malgré le travail, Mardi Gras à La Nouvelle Orléans, et une météo déplorable, j’ai conservé mon rythme de quatre sorties par semaine.

Nous sommes mi-Mars et pas la trace d’un nid en bordure. Les poissons occupent des postes de transitions, prêts à gagner les bordures, puis se dispersent dès l’arrivée d’un nouveau front. Je reviens à l’instant d’une compétition sur Toledo Bend, et difficile de trouver de l’eau à plus de quatorze degrés. Plein lac mon sondeur affichait même douze. Beaucoup de retard cette année avec une succession de fronts froids inhabituelle, un climat que les locaux n’avaient pas vu depuis des années. Bien évidemment il a fallu que je sois là pour que cela arrive !

Un petit bass affamé

Un petit bass affamé

Bref, j’ai effectué quelques belles sorties (vous verrez quelques photos dans le Predators du mois de mai), avec la découverte de nouvelles zones et deux patterns bien marqués. Cependant difficile à répéter de semaine en semaine tant le climat est instable. Durant toutes ces sessions, le SLIT SHAD 4’, les MONARC, et les GOLEM 800, ont été des outils de choix lors de mes pêches offshore.

Golem crankbait Sakura

Comme je vous le disais, je reviens d’une compétition de club, sous un déluge impressionnant. Pluie, grêle, vent, tonnerre, l’alerte tornade était déclenchée. J’ai pêché très au nord du lac afin d’aller chercher l’eau la moins froide possible, mais la navigation n’a pas été vraiment « confortable ». J’ai rempli mon bateau par deux fois, et mon moteur chantait allégrement à l’air libre, si vous voyez ce que je veux dire… D’ailleurs ma casquette SAKURA home made, nage désormais avec les poissons.

Bass pris sur matériel Sakura

J’ai capturé six bass dont quatre keepers, en alternant MONARC en dix grammes et swimming jig. J’ai pêché les zones abritées, car le lac n’était vraiment pas praticable.

Je termine troisième sur vingt cinq, avec tout juste dix livres. Très faible. Petit détail, au mauvais temps il fallait également ajouter la pression de pêche. En effet, vendredi et samedi se tenait le tournoi annuel des « OIL MEN ». Plus de six cent bateaux rassemblant uniquement des gars travaillant dans le pétrole. Le lac a beau être imposant, ça fait du monde sur les spots !!!

Demain je vais faire un tour sur la rivière. Je vais essayer de vous filmer une première vidéo. Quelque chose de simple pour commencer.

Je vois qu’après les tempêtes que vous avez subies ces derniers mois, le beau temps à accompagné l’ouverture de la truite. J’ai même vu que Jean-Philippe avait commencé à faire des bass et que le SBF crew avait enfin pu sortir ;-).

...en rêvant à la prochaine aventure !

A bientôt, les choses devraient commencer à bouger. Enfin j’espère !

JC