Louisiana Delta. Jour 1

Alors que la liesse gagne Clermont-Ferrand, je mets à profit le Martin Luther King day et ce week-end de trois jours, pour effectuer une découverte du Delta de Louisiane. Lieu du Bassmaster Classic 2011, il accueillera en Mars prochain la première des deux manches du Bassmaster Federation Nation. Compétition à laquelle je participerai.

Louisiana Delta

Le Delta du Mississippi est en fait un énorme terrain de jeu, mêlant lacs, bayous et canaux. Un véritable labyrinthe auquel s’ajoute la difficulté de savoir si l’on pêche de l’eau salée, saumâtre ou douce ! Ce qui est très paradoxal, c’est qu’en fonction des courants et des arrivées d’eau du Mississippi, on peut trouver de l’eau douce très au sud, à quelques centaines de mètres du Golfe du Mexique. A l’inverse, en fonction des marées, l’eau salée remonte très haut dans les canaux.

Louisiana Delta

Un vrai casse tête, sachant que depuis une semaine le vent de nord souffle fort et draine les canaux et les lacs intérieurs de toute leur eau. La navigation a été très délicate et j’ai pêché dans moins d’un mètre la majorité du temps. Il manque quatre vingt centimètres d’eau juste à cause du vent.

Après avoir fait des allers-retours dans la boue pendant plus d’une heure à la recherche d’un spot « pêchable » et intéressant, j’ai commencé à prospecter au spinnerbait. Évidement les Monarc étaient une nouvelle fois de sortie, mais je me suis rapidement rendu compte que c’était inopérant tellement le fond était tapis de végétaux morts très fibreux. Même en sept grammes la récupération était délicate.

Joli bass pris au LS Gary Yamamoto

J’ai donc décidé de parcourir du terrain et de pêcher en alternant Texas et Jig head. Texas de cinq grammes avec une Flappin’ Hog Gary Yamamoto et une jig head de trois grammes cinq, ornée d’un Worm 6′ noir Gary Yamamoto.

Petit red Drum pris au LS Gary YamamotoBass du Louisiana Delta

Sur deux zones assez similaires et éloignées de deux kilomètres l’une de l’autre, j’ai touché onze bass pour une limite à cinq poissons à onze livres un. Le côté sympa, c’est que j’ai également pris quelques redfishs, avec ma désormais fétiche Furiozza spinning 7’11 medium. Je vous assure que les combats sont épiques ! Les quelques locaux que j’ai rencontré ont validé mes zones, ce qui me rassure un peu. Demain je pourrai continuer mon exploration.

Prospection discrète sur le Louisiana Dleta

red Drum du Delta

En rentrant vers la Nouvelle Orléans, je me demandais si je ne serais pas mieux à lancer des leurres dans une piscine à Clermont-Ferrand… j’ai failli avoir un accident !

Allez, je vous laisse, je vais manger des crevettes ;-).

A demain,
JC