Sans ardillon, t’as l’air moins con ! Voilà un petit article qui me tenait à cœur depuis un certain temps car cela fait maintenant une bonne vingtaine d’années que je sillonne les cours d’eaux et les lacs avec le souci permanent de limiter les traumatismes sur mes captures

Comme beaucoup de pêcheurs, j’ai commencé avec une petite canne au coup à traquer vairons, goujons ou autres gardons avec mon grand-père. J’ai rapidement passé le cap en m’inscrivant dans un club de pêche à la mouche et ce fut une excellente école que je conseille à tout jeune pêcheur passionné. Ce type d’organisme est bénéfique sur plusieurs points. Tout d’abord, il permet de rencontrer d’autres passionnés, souvent plus aguerris et pleins de bons conseils. Rien ne vaut les échanges entre pêcheurs pour apprendre un maximum de chose sur notre loisir.

A l’heure où internet a pris le dessus sur tous les autres moyens de communication, il est parfois bon de se retrouver juste entre passionnés afin d’échanger au bord de l’eau ou autour d’une table. Les choses les plus simples sont souvent les meilleures !

photo subaquatique de adrien taibaoui de la team sakura relache une truite

L’autre avantage d’adhérer à une école de pêche est la vitesse de progression dans ce sport.

 

Car oui, quoi qu’on en dise, la pêche peut devenir sportive ! On gagne un temps fou à partager et échanger avec des personnes qui ont déjà une expérience dans le domaine, et qui sauront vous donner de bons conseils pour débuter. La pêche à la mouche était pour moi une excellente école car en plus d’aborder les techniques de pêche (sèche, nymphe au fil, streamer,…), les techniques de montage de mouches, de réalisation de bas de lignes et autres ; elle permettait aussi d’avoir une approche du milieu aquatique dans toute sa grandeur.

En effet, je trouve que dans la pêche à la mouche, plus que dans d’autres techniques, on prend le temps d’observer le milieu. Cela passe par l’observation des insectes aquatiques, du comportement des poissons, de la physionomie de la rivière…

Truite attrapé au Phoxy Minnow 62 HW, ardillons écrasés

Truite prise au Phoxy Minnow 62 HW, ardillons écrasés

 

Le sens de l’eau n’est pas donné à tout le monde, il s’apprend… En soulevant un cailloux dans le lit de la rivière pour avoir une idée du type d’insectes dont la truite va bien pouvoir se nourrir, en observant les feuilles de la végétation avoisinante afin de voir quels types d’éphémères sont venues s’y poser. Si l’on ne veut pas passer à côté de sa pêche, il faut être capable de savoir quel est l’alimentation principale du poisson recherché à l’instant T. Et cela passe par l’observation.

Je m’écarte un peu du sujet initial…. Mais si j’en suis venu là, c’est aussi pour vous dire que c’est dans ce club de pêche à la mouche que l’on m’a également appris le respect du poisson, et cela passe par différentes approches. Il peut s’agir de la façon de manipuler les poissons, en les laissant un maximum dans l’eau et en évitant les séances photos trop longues. Il peut s’agir du respect du cycle biologique du poisson, on ne dérangera pas l’ombre commun au mois de mars/avril car l’on sait qu’il est en période de reproduction et qu’il est vulnérable à ce moment-là. Et l’une des façons de respecter au mieux son partenaire de jeu est d’écraser ses ardillons !

Écraser ses ardillons est une chose commune et très répandue dans la pêche à la mouche, et j’ai moi-même toujours pêché sans ardillons dans cette technique. D’ailleurs, les pochettes d’hameçons sans ardillon commencent peu à peu à remplacer les hameçons standards dans ce milieu.

Cependant, malgré ce beau discours, j’ai mis moi-même beaucoup de temps à écraser les ardillons sur mes différents leurres. Il a fallu que je fasse la rencontre de l’ami Sylvain Le Dentiste pour qu’il me convertisse rapidement. Sylvain écrase les ardillons sur ses leurres depuis de nombreuses années maintenant, et a été surpris de voir qu’il n’en était pas de même dans mes boîtes.

En effet, j’étais un peu retissant à écraser des ardillons sur des hameçons texan avec lesquels je m’attaque à des diables verts qui sautent dans tous les sens, et qui se décrochent déjà si facilement sur des leurres avec ardillons.

Et, c’est lors de sessions pêches avec Sylvain, qu’il a commencé à écraser les ardillons de mes leurres lorsque j’avais le dos tourné… sans que je ne m’aperçoive de rien ! Et peu de temps après, j’attrapais mon premier black-bass sans ardillons, sans même le savoir !

Il a commencé à écraser les ardillons de mes leurres lorsque j’avais le dos tourné !

 

Ce petit tour de filou a réussi à me convaincre, et c’est à partir de ce moment-là que j’ai pris la décision d’écraser les ardillons de tous les leurres que j’accrocherai au bout de ma ligne ! Bien sûr, je n’ai pas vidé mes boîtes sur la table du salon, et je n’ai pas passé 4 heures à écraser tous les ardillons ; je le fais au fur et à mesure. Lors de mes sessions, j’ai toujours une pince à côté de moi et j’écrase les ardillons au coup par coup.

Je peux vous dire que c’est un grand soulagement pour moi quand je n’ai pas à forcer comme un âne sur la pauvre bouche d’un black ou d’un brochet pour lui sortir un triple mal placé…. Qui n’a pas déjà attrapé un brochet ou une truite avec un triple dans la bouche et l’autre dans l’œil… le décrochage d’un tel poisson se transformait alors en opération digne du bloc opératoire du Dr House, et il y avait de fortes chances pour que le malheureux finisse borgne !

Écraser ses ardillons permet d’éviter ce genre de mésaventure. Enlever un hameçon sans ardillons, de la bouche, de l’œil ou de toute autre partie d’un poisson, s’avère beaucoup plus facile.

Je peux également vous donner d’autres arguments :

  • Enlever un hameçon avec ardillon de votre bras : Vous dégustez !
  • Enlever un hameçon sans ardillon de votre bras : Les doigts dans l’nez !

Et encore, du moment que c’est votre bras, ça va ! Mais pour ceux qui ont la chance d’amener leurs enfants à la pêche, comment allez-vous expliquer à la Maman que vous amenez votre petit bout de chou aux urgences pour lui sortir un hameçon du doigt….

Sans ardillons, pas de crise à la maison ! J’ai eu l’occasion de m’enlever des hameçons du bras, de la main, du mollet…. avec et sans ardillons, je peux vous dire que sans ardillons, c’est beaucoup moins douloureux. Eh bien, on peut facilement imaginer qu’il en est de même pour les poissons !

 

 

hameçon planter dans le mollet de adrien taibaouiEt paf, dans le mollet ! Et avec ardillons, svp !

D’un point de vue technique, je peux vous assurer que je n’ai pas plus de décrochés depuis que mes ardillons sont écrasés. Et Sylvain ou Bruno, qui pêchent depuis bien plus longtemps que moi aux leurres sans ardillons, ont fait exactement le même constat. Alors certes, il faut peut-être rester un peu plus concentré, et faire en sorte de toujours garder la tension dans sa ligne. Mais les poissons que j’ai décroché sans ardillons, je les aurai probablement décroché avec ardillons ! Ce n’est pas une question d’ardillons, mais une question d’attention, de concentration. Il faut rester attentif et ne quasiment jamais laisser de « mou » à l’adversaire…

Mais de toute façon, est-ce que cela changerait réellement votre façon de pêcher ? Lors d’un combat, on cherche toujours à garder la tension avec le poisson, on ne s’amuse rarement à lui donner un peu de mou…. Quand un bass nous fait une chandelle, on a déjà le réflexe de plonger le scion vers la surface de l’eau. Ces réflexes ont les a déjà, et ils ne changeront pas si l’on pêche sans ardillons.

Les moucheurs ont pris l’habitude d’écraser leurs ardillons depuis de nombreuses années, les ardillons sont interdits dans les réservoirs de pêche à la mouche et de très nombreux compétiteurs pêchent sans ardillons. S’ils avaient plus de décrochages sans ardillon, je pense qu’il ne prendrait pas ce risque en compétition.

J’ai attrapé toutes sortes de poissons aux leurres avec des ardillons écrasés, et je peux vous dire que vous serez fier de vous quand vous relâcherez votre premier poisson attrapé sans ardillons, et que vous le verrez repartir sans aucune trace en bord de bouche.

Brochet attrapé à l’aide d’un slit shad 200 avec montage 360°, le tout sans ardillons

Brochet attrapé à l’aide d’un Slit Shad 200 avec montage 360°, le tout sans ardillons

 

Black-bass attrapé avec un Fat Ika en montage weightless, hameçon texan avec ardillons écrasé

Black-bass capturé avec un Fat Ika en montage weightless, hameçon texan avec ardillons écrasés

 

Loup attrapé au Jig avec ardillons écrasés

Loup attrapé au jig avec ardillons écrasés

 

En résumé, quelques bonnes raisons pour écraser vos ardillons :

  • Moins abîmer le poisson/éviter de trop grosses lésions, ce qui diminue également le risque de pathologie après capture.
  • Passer moins de temps à décrocher son poisson, et donc le relâcher dans de meilleures conditions.
  • Éviter d’aller aux urgences un dimanche matin pour amener son copain avec un triple dans la main….

 

Alors, pour conclure, je n’ai que deux choses à vous dire : Soulagez vos compagnons, écrasez vos ardillons ou Respecter votre poisson, écrasez vos ardillons !

 

Adrien Taibaoui