Gros Maigre !

Samedi dernier, c’est en compagnie de Jean SERVANT (guide de pêche de la Team SAKURA) que nous partons en direction de Cordouan pour une session au Bar.

Jean Srevant de la Team Sakura

Arrivés sur place aux aurores, nous installons le matos rapidement et mettons le bateau à l’eau en suivant. C’est la première fois que je vais pêcher cette zone pourtant proche de chez nous. A vrai dire, je ne suis pas fan de la pêche du bar sur le littoral aquitain. Les roches sont quasi inexistantes, les algues sont peu nombreuses. Nous sommes bien loin des conditions auxquelles je suis habitué en Bretagne ou en Normandie. Mais, Jean m’a bien précisé qu’aujourd’hui nous allions pêcher des plateaux rocheux dans des profondeurs inférieures à 10 m. De quoi me satisfaire mes envies de pêches marines en finesse ! Une fois sur zone, après seulement une quinzaine de minutes de navigation propulsée par les 250CV du Rib West, nous arrivons sur les fameuses roches qui décrivent de véritables pics sur l’écran du sondeur. Il ne fait pas bon laisser trop trainer son leurre sur le fond et Jean me précise que ce type de roche est particulièrement abrasif et gourmande en têtes plombées. Je monte un L16 Koneel 150 sur une L16 Koneel Jig Head de 14 g, tandis qu’il opte pour un L16 Shad 120 couleur sardine sur une tête de 28 g.
Rapidement, je vais me rendre compte du penchant pour le plomb qu’ont ces cailloux !!! Pour le prochain combo, j’allège le poids de la tête plombée pour passer sur une 10 grammes pour pouvoir survoler un peu mieux ces « croches ». Jean en profite pour faire un premier poisson de 70 cm avec le L16 Shad 120 « Sardine » !

Gros bar pris sur matériel SakuraAprès avoir insisté pendant près d’une heure, il semblerait que les leurres de type « slug » ne produisent pas assez de vibrations pour déclencher une quelconque attaque. Il est temps de passer au shad. Comme la profondeur avoisine les 6 – 8 m en moyenne, j’opte pour un L16 Shad 120 coloris « Anchovy » sur une tête L16 Shad Jig Head de 21 g. Malgré un grammage moins important que Jean, il me faut constamment animer pour ne pas prendre trop contact avec le fond. La technique est assez inédite pour moi ! Il s’avère que les remontées rapides du leurre déclenchent l’agressivité des poissons postés à l’abri du courant derrière ces pics rocheux. Opportunistes, ils saisissent l’occasion pour sortir de leur cachette pour se saisir rapidement de cette proie émettant de fortes vibrations.
Cette animation en « Yo Yo » nous rapportera une paire de poissons supplémentaires, mais beaucoup plus modestes en taille.

Bar pris au L16 Shad

Bar pris au L16 Shad

L’étal s’installe et l’activité retombe vite ! Seuls quelques seiches viendront nous amuser en attaquant nos shads jusqu’au bateau. Nous profitons de ce calme pour faire une pause casse-croûte avant d’aller tenter notre chance au Maigre.

Cannes et leurres Sakura prêts pour l'actionLes montages sont changés, afin de pêcher en verticale dans des profondeurs de 10 à 15 m avec un courant montant d’environ 2 nœuds. J’opte pour une tête L16 Shad Jig head de 55 g combinée à un L16 Shad 120 en coloris rouge et orange (qui sortira l’année prochaine ;)).

L16 Shad et L16 KoneelIl nous faudra l’aide de l’ami Marc Rubio pour comprendre où placer la dérive et passer correctement sur la zone où se tiennent des bancs de chinchard dont se nourrissent les maigres.
Rapidement, je touche un petit poisson que nous remettons rapidement à l’eau. C’est mon premier maigre, je suis ravi de pouvoir enfin admirer les couleurs spectaculaires de ce poisson.  Lors de la seconde dérive suivante, nous apercevons une boule de chinchards surplombant un bel écho au sondeur. Quelques secondes plus tard, nous commençons à animer lentement nos leurres, quand Jean se fait intercepter en pleine animation. Au ferrage, la Furiozza FRC 702 XH est cintrée et quelques ferrages supplémentaires viendront assurer la tenue du leurre dans la gueule du poisson et rassurer le pêcheur ! Le moulinet se vide inexorablement !

Un très gros maigre pris sur canne Sakura castingNous pensons enfin que Jean est attelé à un joli poisson. Après avoir remonté mon montage et l’ancre flottante, le moteur est démarré pour suivre le poisson et éviter que le fil n’aille frotter les roches avoisinantes. Le combat s’éternise et à chaque quart d’heure qui s’écoule nos estimations sur la taille du poisson augmentent.
Malgré la puissance de la canne et la pression que Jean exerce sur le poisson, celui-ci se contente désormais de tenir le fond et d’avancer en donnant quelques coups de tête surpuissants. Il faudra près d’une heure à Jean pour monter ce maigre en surface. Et quelle surprise lorsque nous apercevons la masse d’un maigre géant se profiler. Le combat a été intense pour lui aussi. Il arrive fatigué au bateau, pour ne pas dire épuisé. Je le saisis par l’opercule pour le faire glisser dans le bateau.
Nous réalisons à peine la chance de voir ce poisson au gabarit hors normes ! L’émotion est à la hauteur du combat de cette bête ! Jean peut enfin savourer cette prise exceptionnelle qui lui avait faussé compagnie jusqu’à aujourd’hui ! Cette fois, il est bien là, sur ces genoux ! Quel moment que celui de capturer un poisson inespéré, un RECORD ! Ce poisson dont nous nous souviendrons toute notre vie !

Un très gros maigre pris sur canne Sakura castingUn très gros maigre pris sur canne Sakura castingUn très gros maigre pris sur canne Sakura castingVerdict : 176 cm !

 

Un grand Merci à Jean pour cette journée mémorable et extraordinaire ! Ainsi qu’à Marco pour ses tuyaux et les photos !

Tanguy