Coupe de France à Enchanet.

En plus des concours GN CARLA organisé dans chaque zone, avait lieu cette année « la Coupe de France », l’occasion pour nous de retourner à Enchanet dans le Cantal .

Notre bateau ayant un petit problème mécanique, notre ami Frédéric Assier nous a proposé gentiment de nous prêter sont bateau, et pas n’importe lequel, un Bullet ! Sûrement le bass boat le plus rapide en France ! Malheureusement la réglementation locale à 6 km/h ne nous permettra pas de tester « le Monstre ».

Samedi matin, nous prenons possession du Bullet et installons nos affaires. La mise à l’eau un peu délicate en raison du niveau bas du lac prend pas mal de temps, nous attendons notre tour…..

ça y est, nous sommes prêts !

La coupe de France a la particularité de réunir des équipes de toutes les zones du GN CARLA, la dernière occasion pour certain de décrocher une qualification pour la finale , ou d’améliorer sont classement de zone, histoire d’arriver en finale avec un minimum de pénalités.

L’organisation est basée au camp de vacance de la Gineste. Le briefing va commencer !

L’occasion de retrouver des amis des zones Nord et Ouest.

Le départ approche, les pêcheurs locaux nous ont annoncé une pêche assez dure en ce moment !

Après un contrôle du bateau…..

… nous nous élançons à 6 km/h vers des postes en amont ou nous avons repéré quelques boules de perches.

Mais même les perches sont capricieuses, c’est très dur de faire mordre des poissons maillés. Finalement Tristan rentre notre première perche maillée au plomb palette avec un petit tube Gary Yamamoto blanc.

Puis une seconde que je fais mordre sur un Dart Ice Jig.

Le lac d’Enchanet offre de très beaux paysages ! Il y a de nombreux arbres noyés.

Déçus, nous terminons la manche en 9 ème position et allons féliciter le podium ….

Les repas sont toujours de bons moments de convivialité et de rigolade….

Dimanche matin, il y a du brouillard et il ne fait pas bien chaud !

Briefing. Cette fois nous partons en 1 ère série.

Nous retournons sur un poste prospecté hier, ça commence plutôt bien, Tristan rentre rapidement une perche maillée, a l’aide d’un micro jig, mais cela ne dure pas et nous constatons qu’il y a bien moins d’échos qu’hier sur la zone. Nous décidons de changer complètement, de secteur…..

Nous prospectons maintenant une grande crique, bingo ! Nous prenons une perche maillée puis une autre, les prises s’enchaînent , ce n’est pas tout maillé mais on se fait plaisir !

Petit à petit, notre fiche de capture se remplit, nous alternons Dart ice Jig en 13 g et metal jig de 20 g comme le Crazy Anchoa ….

A une demie-heure de la fin de la manche nous bouclons notre quota à 6 perches , ouf !!

Sur le chemin du retour, Tristan commence à faire « les comptes « , apparemment il y a d’autres équipes qui ont fait une bonne manche …

Les leurres du jour ! Dart Ice Jig….

… et Crazy Anchoa, aussi efficace en mer qu’en eau douce !

Nous pêchons les quelques minutes qui nous reste a proximité de l’arrivée…

La pêche n’était pas facile, mais ce lac est vraiment très beau !

Nous sommes rejoints par Nicolas Guichon qui a fait un bon concours, il gagne sa place pour la finale …

Un grand merci a Fred Assier et Romain Lavergne pour le prêt du bateau.

Nous rangeons le matériel et allons a la remise des prix…

Nous terminons deuxièmes de cette manche et quatrièmes du classement de cette Coupe de France .

Un grand bravo aux équipes qui ont su être régulières lors des ces deux manches bien difficiles .

Merci aux organisateurs et bénévoles pour leur accueil et à Jérome Jemain pour ses photos lors de ce weekend .

A bientôt…..
Laurent et Tristan Poulain

Publié dans Compétition, Team Sakura | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Truites d’automne en seconde catégorie…session découverte.

Quitter son département d’origine quand on est pêcheur conduit forcément à explorer de nouveaux horizons. Ce qui peut paraître fastidieux au premier abord (tant il est confortable de maîtriser un territoire pour coller à la logique du bon endroit au bon moment) permet avec le recul de ne pas sombrer dans la routine, surtout quand on a la chance (comme moi) de passer pas mal de temps au bord de l’eau. Ce début d’automne sera donc consacré à la recherche de nouveaux spots à grosses truites.

Si je consacre traditionnellement mes dernières sorties de l’année aux randos-pêche en lacs de montagne, l’arrivée dans les Alpes est une bonne occasion de changer mes habitudes pyrénéennes. De plus, cette année, la météo estivale particulièrement humide a gonflé les grandes rivières qui n’ont véritablement retrouvé un niveau correct qu’en fin de saison. C’est donc plein de motivation et de fraîcheur que j’aborde cette sortie « grosses truites aux leurres », avec en poche une poignée d’infos glanées sur le net et quelques captures d’écran Géoportail. Comme à mon habitude, j’ai pris le soin d’étudier la carte IGN au 1/25000 afin de repérer soigneusement les portions resserrées (paramètre d’autant plus important que la largeur du cours d’eau convoité avoisine les 100 m), les îles, chutes d’eau ou méandres éventuels ; bref tous les secteurs souvent chauds ou qui, du moins, ont le mérite de briser l’uniformité décourageante de ces portions avals.  Je pars donc sans présager de la tenue des truites, dans l’optique de tester un maximum de configurations différentes. A priori, la météo sèche de ces dernières semaines devrait conduire à des conditions optimales en termes de température et de débit (l’étiage est rarement pénalisant dans ces pêches d’automne).

Arrivé sur le premier secteur de la journée, les voyants sont bien au vert : le niveau me semble bon (c’est à dire assez bas) et l’eau relativement claire (par rapport à la turbidité importante qui semble être fréquente sur ce cours d’eau). Les 200 premiers mètres sont assez prometteurs puisqu’ils concentrent une grande variété de couple vitesse/profondeur : un grand pool se présente à moi avec une bonne rupture en tête débouchant sur un grand plat, et un seuil aménagé bordé de gros blocs se dessine en amont. Après avoir alterné poissons nageurs, leurres souples et même lames vibrantes (seulement dans mes micro coups de mou psychologique) pendant 2h, aucun signe de vie. Les (nombreux) pêcheurs locaux aperçus ou croisés n’ont pas fait mieux, bien qu’ils me confirment que les conditions soient optimales. Après quelques coups de ligne au toc sans grande conviction sur le bras d’un îlot situé en amont de la chute, mon moral a pris du plomb dans l’aile. Je mise alors tout sur la baisse de luminosité vespérale qui permet souvent de débloquer le compteur dans les journées difficiles. Je choisis un secteur vierge plus en aval en vue du coup du soir qui se profile. Arrivée sur le spot, la configuration est assez engageante. Une île crée une lône maigre dont la berge est inaccessible et bien fournie en caches. De l’autre côté, le bras principal présente une tête de courant aux veines marquées. J’attaque la prospection du petit bras avec des lancers trois quart amont pour plus de discrétion. Rapidement, les choses s’animent : je fais suivre un petit poisson et une truite d’une quarantaine de centimètres vient au sec quelques mètres au dessus… ouf, le capot est évité. J’étais venu pour des individus du calibre supérieur, et la robe n’est pas transcendante (doux euphémisme), mais c’est toujours ça de pris… une photo pour illustrer un hypothétique article sur les truites « moches » et je ré-attaque.

Non, je ne l’ai pas trouvé séchée sur les galets !

J’arrive finalement à l’extrémité du bras. Dernier lancé devant un embâcle, et blocage dès la tombée. Au bout de quelques secondes, un parpaing doré se tortille sous la surface avant de replonger pour prendre la direction de l’aval, avec une lenteur puissante pleine d’assurance caractéristique d’un gros poisson… la truite passe à 5 mètres de moi, je l’estime à plus de 65 cm mais mon enthousiasme est vite calmé par la vision du PN totalement en dehors de la gueule, planté sur le côté du museau. C’était prévisible, la truite se dirige vers un arbre immergé quelques mètres en aval, pas le choix, il faut brider pour dévier sa trajectoire, je serre le frein et tente de la déséquilibrer et… décrochée… je tremble de partout, hurle un bon coup et me remet marche. Il me reste une grosse demi-heure de pêche. Je lance dans la tête de courant de l’autre côté de l’île et  la dérive se soldera par la prise d’un mâle bécard splendide qui vient sauver ma journée de pêche.

La Furiozza FRS 7’1 M a fait le job !

Deux autres truites de 40 cm viendront clôturer la journée dans le dernier quart d’heure (mais leur robe peu engageante vous privera de tout cliché, faut pas exagérer non plus hein !). Le bilan, d’aucuns qualifieront de modeste, est quand même positif pour une pêche de prospection. La sortie de poissons avant la nuit laisse présager un potentiel intéressant. J’espère que ces niveaux se maintiendront quelques temps afin de le vérifier !

A bientôt,
Simon SCODAVOLPE

Publié dans Trips pêche | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Pe(r)ches d’automne.

Les températures commencent « enfin » à baisser, incitant les poissons à se regrouper un peu et faire des réserves pour l’hiver, l’occasion pour nous de nous amuser avec les perches.
Certains plans d’eau ne sont pas facile d’accès, même pour une petite embarcation !

Nous commençons notre prospection et prenons par-ci par-là quelques perches,  puis sur une sorte de bosse , une perche, puis deux , puis trois et ainsi de suite. Elles ne sont pas si faciles, il faut changer régulièrement les leurres et les animations pour réussir à les tromper, il n’y a pas de gros sujets, mais la moyenne est correcte.

Nous alternons drop shot avec des petits Slit Shad

… et les Crazy Anchoa ou encore les Dart Ice Jig

Par moment les captures s’enchaînent très rapidement  !!

Le Dart Ice Jig est une valeur sûre pour la perche et d’autres carnassiers !

Quand ça mord, difficile de résister, même pendant la pause déjeuner !

Parfois les  petits plans d’eau réservent de belles surprises ….

… au milieu de toutes ces perches modestes, nous prenons quelques spécimens plus corrects.

Par moment le banc se déplace , le sondeur est un atout non négligeable pour le retrouver rapidement !

La surprise du jour, la capture d’un rotengle sur un Crazy Anchoa ! Quelle polyvalence ce leurre !

Deux petits brochets ce laissent aussi tenter par ce leurre …

Il y a un peu moins d’activité, nous changeons de technique et prenons encore quelques perches en linéaire à l’aide de Slit Shad 3,5″ monté sur petite tête plombée.

Il est temps de rentrer, nous avons passé un bon moment  et cela nous a permis de travailler différentes animations, cela fait parfois toute la différence …. il est temps de relâcher nos prises jusque là conservées avec soin. Nos cannes Shinjin Neo et Trinis Neo ont bien assuré, leur légèreté et leur sensibilité sont des atouts importants pour ces pêches tactiles.

Voici le lien d’une petite vidéo : perches aux Crazy Anchoa

à bientôt,
Laurent et Tristan Poulain

Publié dans Team Sakura, Trips pêche | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

NERETVA, a cruel mistress


Our little adventure at the mouth of the River Neretva is over. We are back in Zagreb. Impressions of this magical place where the mighty river meets the deep blue Adriatic sea still so vivid in our minds. In whole of Croatia, there is not a place which holds so many trophy specimens of seabass, bluefish and leerfish. So, naturally this was the place we chose for the first Adriatic Sakura test. We planned this trip for months yet all the preparation in the world couldn’t help us as on the eve of our departure, the weather simply switched from summer to winter. Smart thing would have been to postpone but we were so high with expectation that we passed the point of no return. Our destination was too strong a lure for fishing fanatics like us. Although we could almost smell our adventure’s ill fate as soon as we stepped out of the car, we pushed on and after almost five days of non-stop fishing we can say that we made the best of an impossible situation and proved that some lures can really raise the fish from the dead.

Notre petite aventure à l’embouchure de la rivière Neretva est terminée. Nous sommes de retour à Zagreb, et les impressions de ce lieu magique où le grand fleuve rencontre la mer Adriatique d’un bleu profond sont encore vivaces dans nos esprits. Dans toute la Croatie, il n’y a pas un endroit qui produit autant de spécimens de bars, Tassergals et liches que celui-ci. Alors, naturellement ce fut le lieu que nous avons choisi pour le premier test SAKURA en mer Adriatique. Nous avons planifié et préparé ce voyage depuis des mois, mais à la veille de notre départ, les conditions météos sont passées de l’été à l’hiver… La chose la plus intelligente à faire aurait été de reporter ce séjour, mais nos espoirs étaient si hauts que nous ne pouvions y renoncer. Cette destination éveille tellement d’envie en nous! Pendant près de 5 jours nous allons pêcher quasi non-stop, en donnant le meilleur de nous mêmes… Même dans ces situations impossibles nous avons prouvés que certains leurres font vraiment la différence.

Thinking back, we can safely say that nothing went as planned. The weather should have been ideal, our local guides were supposed to lead us to the best fishing spots and we should have had a boat on our disposal to reach some special spots few have fished on. But the sudden weather change also brought the strong winds which peeled the skin of our faces and absolutely eliminated all those hot spots, bounding us to the shore at the same time as there was no way we could take the boat out. So we had to dig deep and find new spots of our own. Locals tried to help but were not very hopeful. Still, on the very first morning we had some good action using the Slit Shad in Sexy Shad color. Robert caught our very first fish, a nice little seabass, on the 10 cm Slit and we also got a couple of bites by bluefish, even on the smaller 7,5 cm one. Unfortunately, those ended in bitten off tails and snapped lines because the bluefish there are brutal predators and soft lures are no match for their strong teeth. So we switched to Najas and Pulsion poppers which got us a couple of nice attacks later in the day. Probably our largest fish hit the white Pulsion at the very mouth of the river. It is very wide at that point and the best way to fish is to simply let the popper float with the current, about a hundred meters away, and then start to retrieve slowly. On one such try, Marko had an incredibly strong attack from a huge leerfish which almost pulled the rod from his hand. It wasn’t a long fight as the fish managed to break loose but by the power of that strike, it was definitely the largest fish of the trip.

En y repensant, nous pouvons dire que rien ne s’est passé comme prévu. Le temps devait être  idéal, nos guides locaux étaient censés nous conduire sur les meilleurs spots du coin et nous devions avoir un bateau à disposition pour atteindre certains endroits spéciaux rarement pêchés…  Le changement soudain de temps a également été accompagné de vents violents, tellement violent que le sable qu’il emporte vous pèle la peau du visage à chaque bourrasque. Nous sommes obligés de nous abriter et de nous limiter aux endroits  »pêchables » sur les rives de l’embouchure… Nos rêves de pêche en bateau s’envolent! Les locaux essayent de nous aider comme ils peuvent, mais ne sont pas très optimistes. Dés le premier matin, Robert capture son premier bar sur un Slit Shad 100 Sexy Shad, et nous aurons d’autres attaques de tassergals qui ne se piqueront pas, même en diminuant nos tailles de Slit Shad jusqu’au 75mm. Quand ce ne sont pas les queues de nos LS qu’ils taillent, ce sont nos bas de ligne qui font les frais de ce prédateur aux dents acérés! Donc, nous sommes ensuite passés au tour des Pulsion TR et Naja, qui nous ont procurés de bonnes sensations dans l’après midi. D’ailleurs le Pulsion TR en coloris Pearl White, nous a permis de toucher  »certainement » le plus gros poisson du séjour! A la sortie de la rivière dans la mer, l’estuaire est extremement large. Pour prospecter un maximum d’eau, nous lançons nos poppers le plus loin possible avant de les laisser dériver avec le courant jusqu’à la distance souhaitée. De cette façon, Marko a eu une attaque d’une violence incroyable qui lui a presque arraché la canne des mains! Cette liche (c’est en tout cas le coupable que nous avons désigné) a malheureusement cassé la ligne en plein rush…

As days went by, the winds grew even stronger and fishing at the mouth of the river was no longer possible. So we decided to explore the calmer coves and harbours trying our luck there. We had some good results using the Slit Finesse in Hasu color but the fish in those calm waters were very skittish and the strikes were few and weak. We tried to devise different ways to adapt and tried all the fishing techniques we knew but without result. No serious fish was caught until the last day when a parting gift to one of our local guides, Miro, proved well deserved. He used the large 14 cm Naja we gave him to catch a stunning 2 kg seabass on our last morning. Miro brought it to us for show just as we were packing and getting ready to take the long trip home. Sadly, we were out of time to try a few « last casts » that morning but this proved that on the River Neretva, large lures are the way to go. Everything there is oversized and stronger than anywhere else. I can safely say that there is no way you could catch such a seabass on a lure that big and loud anywhere in Croatia. It was a point we kinda proved the day before when Robert had a good strike on the new 14,5 cm Smart Minnow we got just before the trip. It was probably a large bluefish as it snapped the leader and swam away with the lure after only seconds of fighting. When thinking big surface lures, you usually think about bluefish and similar strong, brutal predators. Seabass is normally caught using finesse tactics so this trip had at least one interesting test result which caused us to rethink our bassing strategies. We also learned that their attacks on large, loud zaras are quite normal there which could explain our limited success with bluefish. Most probably, those would require lures near to 20 cm to get them going as we saw them attack mullet over that size while showing absolutely no interest in any lure we presented.

Les jours passent et les vents augmentent encore, rendant même la pêche dans l’estuaire impossible! Nous décidons de tenter notre chance dans des criques et des ports abrités, qui s’avèrent de parfaits spots de replis. Nous avons eus quelques suivis et de discrètes touches en utilisant les Slit Finesse en coloris Hasu, dans ces eaux calmes et cristallines les poissons sont peu nombreux et vraiment capricieux! Même en essayant de nouveaux montages et toutes les techniques que nous connaissons, nous n’aurons pas plus de résultats! Jusqu’au dernier jour, où en cadeau d’adieu, notre guide local  »Miro » capture enfin un joli bar sur le Naja 145 que je lui avait donné. Malheureusement, il est déjà l’heure de rentrer pour nous. Mais nous avons appris que sur l’estuaire de la rivière Neretva, les gros leurres sont les meilleurs! Tout y est plus gros et plus fort que nulle part ailleurs dans le pays! Nous en avions déjà fait l’expérience la veille, lorsque Robert a pris une énorme attaque au premier lancer avec son nouveau Smart Minnow 145F. Sauf qu’encore une fois, ce gros tassergal sectionna le bas de ligne en plein combat… Pour la prochaine fois, nous garderons à l’esprit que la pêche finesse est synonyme de bar, alors que pour les tassergals, liches et autres gros prédateurs il vaut mieux privilégier les gros poissons nageurs et leurres de surface. Au vue des attaques dans les bancs de mulets, de gros leurres de surface seront même à prévoir, car nos petits stickbaits n’ont connus aucun intérêt de la part de ces prédateurs.
One other thing we learned was that the bad weather we suffered had absolutely no influence on the squid population. We had some great fun catching squid. They were very eager to take various EGI type lures and if we concentrated on them completely, we could have caught dozens every night. Unfortunately, we had no Sakura lures to try with them but I am sure we will in the future. In any case, they provided us with a couple of very fine meals that our master chef Luka made out of almost nothing. The sea always provides if you know where to look…

Durant ce séjour, nous aurons aussi appris que le mauvais temps n’affecte absolument pas les calamars. Nous avons passé quelques moments très amusants à les pêcher. Si nous nous étions focalisés sur cette pêche, nous aurions vraiment pu cartonner. Malheureusement nous n’avions pas de turluttes SAKURA à essayer ;) En tout cas, ces calamars nous ont fournis quelques très agréables repas préparés (avec presque rien) par notre chef Luka!

There is no doubt we will visit this beautiful place again but in better conditions and with better „ear to the sea“ so to speak. This season has been a funny one in many ways and though normally fish would be very active this time of the year, it wasn’t the case. Water temperature is still relatively high and there is way too much natural food for the fish to be interested in lures in any way other than reaction strikes. Good thing we had some great lures with us that were able to do just that and when we return, our plan will be much, much different. One thing that will definitely not change is the positive attitude and great fun we had on account of that as this team was able to keep the spirits high even in the most difficult conditions. Bad weather, almost no sleep and inactive fish for nearly five full days would break many a wisherman… Us? Well, we decided to come back and soon!

Il ne fait aucun doute que nous allons visiter ce bel endroit à nouveau, mais dans de meilleures conditions  et avec une meilleure  »écoute de la mer » pour ainsi dire. Cette saison a été étrange de bien des façons, alors qu’ a cette époque l’activité devrait être maximum, ce n’est toujours pas le cas. La température de l’eau est toujours élevée et la quantité de poisson fourrage est trop importante pour intéresser des carnassiers avec nos leurres, autrement que par des attaques reflexes. La bonne nouvelle c’est que nous avons trouver des leurres qui fonctionnent très bien pour ce genre de situation, et que nous saurons les exploités lorsque nous reviendrons. Une chose ne devrait pas changer, c’est l’attitude positive et le grand plaisir que nous avons partagés avec cette équipe, ce malgré des conditions difficiles. Le mauvais temps, très peu de sommeil, des poissons quasiments inactifs pendant près de 5 jours auraient eu raison de bien des pêcheurs! Nous?? Eh bien, nous avons décidés de revenir très vite!
Dario Rakovac

Publié dans Team Sakura, Trips pêche | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Du lourd en léger

Il fait beau, chaud et le vent est quasi nul en ce début d’été… Nous sommes bien loin des conditions idéales pour une sortie réussie. Cette session prévue depuis un moment risque fort d’aboutir sur une belle bredouille, mais il en faut plus pour nous arrêter!

Avec Sylvain, nous prenons la décision de tenter une zone complètement délaissée ces derniers temps. Quitte à prendre un capot autant que ça serve à quelque chose.

Nous attaquons donc en finesse avec les L16 Koneel qui s’avèrent parfait pour prospecter rapidement et faire bouger des poissons de toutes tailles. Grâce à sa silhouette particulièrement fine, il correspond parfaitement aux petits lançons qui patrouillent sur nos côtes en ce moment.

Après quelques dérives infructueuses,  nous trouvons enfin un plateau peu profond qui abrite quelques bars. Pas des monstres, puisqu’ils font une cinquantaine de centimètres en moyenne, mais les températures élevées de ces derniers jours les boostent considérablement! Il se jettent littéralement sur nos L16 Koneel 150 montés sur des L16 Koneel Jig Head de 7 et 10 grammes, et nous offrent des combats forts sympathiques sur nos ensembles légers.

Rapidement l’activité se calme chez nos amis à écailles au bout de quelques dérives. Il est alors temps de changer de spot pour rejoindre une zone d’herbiers situé à 4 m de profondeur dans une eau cristalline.

Les poissons sont dispersés et nous touchons quelques petits bars au milieu des aiguillettes qui maltraitent nos leurres.

Une fois de plus, en gardant la ligne bien tendue lors de la descente du leurre que je perçois nettement un petit «poc» caractéristique. Au ferrage rien ne bouge… J’annonce la couleur à mon compagnon en lui annonçant que ce n’est pas la même cette fois!

C’est un poisson magnifique que nous apercevons, et en finesse le plaisir est vraiment décuplé!

Au final, c’est un bar de plus de 80cm qui viendra nous rejoindre quelques instants avant de retrouver son élément.

Malgré des conditions qui paraissaient pas évidentes, cette session a été vraiment fructueuse et nous avons attrapés des poissons en quantité et en qualité! ;)

Y’a pas à dire, La finesse c’est quand même terrible!!!

Matériel utilisé :
- Canne / Furriozza FRS 681 ML MG limited
- Moulinet / Slam Ryobi 3000
- Tresse / 8X Sensibraid 06/°°
- Leurres Souples/ L16 Koneel 150 et Slit finesse 100
- Têtes plombées / L16 Koneel Jig Head 7 ou 10g et Makaira 7 ou 10g.

Steven Barathon

Publié dans Team Sakura, Zoom produits | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

NOVEMBER – Day 1

Après ma compétition en Oklahoma, j’ai passé du temps à pêcher la rivière proche de chez moi et à découvrir toujours plus Toledo Bend, ce qui explique mon absence du blog Sakura ces dernières semaines.  Mais ne vous inquiétez pas, je vous prépare également un petit compte rendu technique (en trois parties) de ma saison du Bassmaster Central Open.

Ça n’est pas parce que je n’ai rien posté que j’ai arrêté de pêcher. C’est même tout l’inverse à vrai dire, puisque sur les trente trois derniers jours, j’ai pêché vingt sept fois !!! Pas toujours très fructueux, mais quelques belles sessions et beaucoup d’expérience d’emmagasinée.

Il a fait très chaud ces derniers temps, mais à l’instant où j’écris ces lignes, depuis le restaurant de Pirates Cove Marina au sud de Toledo Bend, la température extérieure est de trois degrés. Soit moins trente degrés par rapport à mercredi !!!
Mon après midi n’a donc pas été simple. J’ai pêché des pointes entre trois et sept mètres, sur lesquelles se trouvait des herbiers.

J’ai pêché en Carolina rig la majorité de ma session, en utilisant deux FURIOZZA 7’4 H et deux moulinets casting OXIO 7.1, afin de récupérer ma bannière rapidement lors des tirées et d’extirper les poissons de l’amas végétal.

Les bass sont tapis dans les herbiers en attendant que le « cold front » passe, afin de se mettre à chasser les shads qui visiblement commencent à se rassembler.
Une petite dizaine de poissons aujourd’hui avec un bass frôlant les quatre livres et des sujets entre deux livres et deux livres et demi, ce n’est pas si mal, n’est-ce pas ?

Demain je vais pêcher plus au nord et tenter des choses différentes avant le retour d’un temps plus chaud lundi et mardi.

Stay tuned an see you tomorrow !

JC

Publié dans Team Sakura, Trips pêche | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Crazy Anchoa !!!

Ma dernière sortie avec Ivan m’ayant bien plu, c’est avec plaisir que nous voici à nouveau pour une nouvelle sortie en Méditerranée. Le temps est idéal, soleil et pas de vent.

A peine  éloignés du port une première chasse « explose » à proximité du bateau ! Je lance mon Crazy Anchoa rose 20 g, la touche est très rapide et violente ! Le temps que je combatte mon poisson, Ivan a le temps de sortir deux belles pélamides!!

Nous somme très excités car les chasses sont très impressionnantes et nous sommes les seuls pour l’instant à les pêcher ! Nous avons déjà 3 beaux poissons au compteur, je suis d’autant plus content car j’ai là ma plus grosse pélamide !

L’armement d’origine VMC du Crazy Anchoa est vraiment top, très peu de décrochés !

Nouvelle chasse, nouveau poisson. Nous en avons déjà 5 ou 6 et la taille est très correcte !

Chaque fois que nous ramenons des poissons au bateau, ils recrachent des petits poissons, ce sont des anchois, qui ressemblent énormément à mon leurre ! Ceci explique surement notre réussite du matin !

Entre 10 et 12h nous avons une baisse d’activité. Mais des le début d’après midi, nous assistons à de nouvelles chasses très spectaculaires, malheureusement certains bateaux passeront en plein dans les chasses faisant redescendre très rapidement les poissons.

Malgré cela nous arrivons à avoir des touches régulièrement et faisons 4 doublés sur des petits poissons de 1 kg.

Ivan arrive à faire une belle « péla » en surface !

Quant a moi je continue de prendre des poissons avec le Crazy Anchoa rose… un tueur !

Ivan, en bon capitaine, scrute l’horizon à la recherche d’éventuelles chasses.

Bingo! nous localisons une  nouvelle chasse a 100 m du bateau, premier lancer … pendu !

Pour que c’est poissons puissent repartir, il faut les décrocher très rapidement et les remettre à l’eau assez « violemment » de manière à les inciter à nager tout de suite.

Voici le lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=M_ZS8FMlvzM
Lien direct : vidéo chasse de pélamide

Merci à Ivan pour cette superbe journée !!

A bientôt,
Tristan Poulain

Publié dans Team Sakura, Trips pêche, Zoom produits | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

SAKURA UK

Après avoir fait une animation le week-end dernier chez Glasgow Angling en Écosse, nous prenons la direction du Sud de l’Angleterre pour découvrir le terrain de jeu de nos amis anglais.

Le Rdv est fixé à 7h30… Ade, Simon, et Darren sont au rendez-vous ! Après avoir pris mon permis chez l’épicier du coin, nous nous dirigeons vers la Kennet river ! Seulement le trafic est beaucoup plus dense qu’espéré… Nous arriverons sur place après presque 2 heures de voiture à touche-touche ! Pas d’affolement, à priori c’est normal et on s’en sort même plutôt bien…

A l’angle d’un hôtel, nous retrouvons Andy et Jason qui sont nos hôtes pour la journée. La propriété sur laquelle nous nous rendons est splendide !! Un réseau de canaux qui sert à gérer le débit sur la rivière principale, quadrille le terrain en offrant une multitude de spots et de seuils ! La Kennet river est un « chalk stream », le niveau est constant tout au long de l’année et l’eau y est généralement aussi claire que du gin. Malheureusement la pluie orageuse de la veille est venus troublée celle-ci. Mes espoirs de pêche à vue sont complètement anéantis par cette eau sérieusement piquée. Le soleil d’automne est presque au zénith, alors nous ne perdons pas une minute à nous préparer.

En remontant le parcours sur un peu plus de 400 mètres, l’activité est quasi nulle. Il n’y a pas un gobage et pas de mouvements sur les zones peu profondes.

Arrivés au seuil qui délimite notre zone pour la matinée, nous découvrons une belle veine de courant s’engouffre sur un léger pool. Sur chaque côté, les contres courants sont parsemés de longues herbes surplombées par quelques arbustes. Bref, ça pue le poisson !! ;)

Je démarre avec le nouveau Phoxy Minnos HW en Real Life Vairon. Les premières traversées du courant sont sanctionnées par de grosses touches dont les traces sur le leurre ne laissent aucun doute quant à l’identité de l’agresseur ! Il s’agit bien de truites ! Mais les hameçons simples ne facilitent pas la prise de ces cabris des courants. Il est temps pour moi de changer de leurre, j’en profite pour expliquer à Darren où les poissons sont postés. Au premier lancer, il met les choses en pratique et capture une, puis deux …. Le compteur s’emballe et tout le monde y va de bon cœur !

Il se trouve que l’eau chargée en matières en suspension charrie aussi plus de larves et divers insectes. Les leurres souples seront donc de meilleurs alliés pour assurer une efficacité maximale face à ces salmonidés peu enclins à se déplacer aujourd’hui. Pour se faire, je vais monter une de nos nouvelles têtes plombées Grogneuse en 1 gramme avec un A.J Worm. Comme l’eau est turbide, nous pouvons pêcher plus près de la berge et ainsi parfaitement contrôler les dérives de nos leurres au plus près des berges et du fond. Exactement comme les larves que le courant entraîne… Il suffit de trouver des pools un peu plus profond que la moyenne de la rivière, en lançant ¾ amont et de maintenir la dérive du leurre la plus naturelle possible. Un peu comme on le ferait en pêchant aux appâts naturels avec une canne à toc. Les résultats ne se font pas attendre… C’est un véritable festival ! Il n’est pas rare de faire plus d’une dizaine de poissons sur chaque pool !! Tout le monde y va de bon cœur !! Les combos gagnant sont basés sur le même modèle : Slit Shad 2 » et tête plombée de 1,5 g, A.J Stick et tête plombée de 1  g, A.J Worm et tête plombée GROGNEUSE de 1 g !

Un peu plus d’une heure de folie suffiront à nous mettre en appétit et à couvrir nos mains de mucus. Il est temps de passer au casse-croute savamment organisé par Jason et Darren… De mémoire, je crois n’avoir jamais connus un tel pique-nique en plein milieu d’une session de pêche ! Vaisselle en porcelaine, couverts et les petits plats qui vont bien !! Qui a dit qu’on mange mal en Angleterre et qu’il y pleut tout le temps… ? Ces vieux clichés sont bien loin de la réalité et du réel savoir-vivre de nos amis !!

Pour digérer ce festin en douceur, l’après-midi sera consacré à pêcher l’étang qui se trouve à un petit kilomètre de là. Comme cela fait des semaines qu’il n’a pas plu, le lac est désespérément bas. Seulement 50 à 60 cm au plus profond, c’est-à-dire en plein milieu. Vu comme ça, ça ressemble plus à une grande flaque d’une dizaine d’hectares!

On garde les mêmes combos et les premiers lancers sont sanctionnés par des perches. Leur taille moyenne est assez modeste, mais la quantité d’individus qui se rassemblent en pleine frénésie est considérable. D’ailleurs après en avoir tous capturés quelques-unes, les premières coupes surviennent. Attirés par le déchaînement des percidés, les brochets veulent eux aussi se taillés une part du festin… Après plusieurs visites d’un poisson qui semble être le même, il est temps de monter un peu en taille de leurre et d’équiper ceux-ci d’un bas de ligne acier.

Un Slit Shad 3 » monté sur tête plombée Sakura Roundguard de 2 grammes fera parfaitement l’affaire et viendra conclure les intrusions de Sir Esox dans notre banc de perches. Celui-ci gardait les séquelles de ses passages avec pas moins de 3 têtes plombées au coin de la gueule !


Étantdonné que l’activité s’amorce à mesure que nous déchaînons les perches, je profite de l’occasion pour prospecter les bords de l’étang à l’aide d’un spinnerbait Monarc ½oz Hot Chart + Slit Shad 4 » en trailer. Régulièrement je touche des poissons et prends de bonnes touches.

Mais les poissons semblent tellement énervés et focalisés sur du fretin qu’ils engloutissent entièrement le spinner. Me trouvant régulièrement dans l’incapacité de ferrer correctement, je rapporte les attaques manquées à mes collègues qui punissent les gourmands au bout d’une dizaine de lancers.

Ces quelques heures de pêche ont été assez révélatrices du potentiel halieutique de nos amis anglais, et m’ont largement convaincus de mon retour prochain sur cette grande île !!

Je remercie mes hôtes du week-end pour leur hospitalité et leur convivialité sans égal. Merci Darren, Simon, Ade, Jason & Andy !!

Tanguy

Publié dans Trips pêche, Événements | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La pêche au féminin …

Aujourd’hui nous avons le plaisir de recevoir Carole sur notre bateau. Je l’avais rencontrée au bord du Rhône , elle pêchait le silure avec des amis et je lui avais proposé de faire une sortie avec nous un de ces jour, c’est donc chose faite !
A l ‘occasion de cette sortie sur le Rhône, nous avons laissé le soin a notre invitée de faire un resumé de la journée et nous livrer ses impressions.

« Bonjour a tous,

Je vais vous conter un des moments les plus impressionnants de ma vie de pêcheuse : celui où j’ai pu pêcher avec deux noms de la pêche en France, j’ai nommé Laurent et Tristan Poulain.

Mais d’abord, revenons aux circonstances de cette rencontre : Eté 2014, je m’essaie à la pêche aux silures avec un ami carpiste et son collègue, à bord d’un Carolina skiff tout équipé : sondeur Humminbird dernier cri, moteur thermique 40 chevaux, une multitude de leurres et les cannes Silure, etc.
Cependant, malgré les différentes techniques employées (leurres en verticale, linéaire, vers de terre ou vifs), les silures ne veulent pas mordre et nous mettent des refus phénoménaux. Hors c’est bel et bien la touche en direct, le « BOOOM » qui vous secoue tout le corps et l’adrénaline que provoque le combat avec ces monstres (au sens positif du terme) que nous recherchons. Un combat à égalité avec des cannes dignes de la puissance de ces poissons.

C’est donc à la mise à l’eau accompagnée de mes compères, un matin en arpentant le Rhône et ses endroits mythiques pour la pêche du silure, que nous croisons un homme que je crois reconnaitre immédiatement. Est-ce lui, n’est-ce pas lui, bref, n’étant pas bien réveillée, je ne dis rien…
Le soir, nous rentrons à la mise à l’eau, bredouilles. Malgré les nombreux suivis, aucun silure n’a mordu, nous sommes un peu dépités et ne comprenons pas vraiment les raisons de notre échec. Nous recroisons l’homme en question. Cette fois-ci c’est sûr, je l’ai bien reconnu, il s’agit de Laurent Poulain, un grand nom de la pêche aux leurres en France, un des précurseurs du powerfishing, qui fait notamment parti de l’Equipe de France de pêche aux leurres et qui fait équipe avec son fils, Tristan. Cela fait des années que je suis leurs aventures via internet et notamment depuis 1 an grâce aux reports qu’ils font sur le blog ou pages Sakura, leur sponsor.

En discutant de notre pêche (pas miraculeuse) du jour, j’ose un  » Vous êtes bien Monsieur Poulain ? ». Il semble surpris de voir qu’il est reconnu par une femme pour ses performances halieutiques. Bref après quelques banalités et conseils de postes, il me demande de l’ajouter sur Facebook pour rester en contact.

Quelques jours plus tard, je reçois un message privé : il me demande mes disponibilités pour aller pécher avec lui et son fils, si cela m’intéresse… ET COMMENT QUE CA M’INTERESSE !!!

Le rendez-vous est donc donné un matin non loin de chez moi, pour aller pêcher le Rhône dans la région d’Avignon.

7h15, j’arrive à la mise à l’eau, le Rhône est propre avec un débit assez calme, mon taxi est près : le Ranger est déjà à l’eau, Tristan, le capitaine du jour vient m’escorter.
A peine installée dans le siège, Laurent me tend un masque pour se protéger les yeux de la vitesse et nous filons à vive allure vers le premier spot. Avec les 125 chevaux du moteur Mercury, ça aide ! Le Ranger m’impressionne, on monte à 75 km/h et il est d’une stabilité et d’une tenue sur l’eau impressionnante. Les finitions sont magnifiques, tout est bien pensé pour optimiser la pêche et rien n’est laissé au hasard.

Arrivés sur le 1er spot, Laurent m’explique la technique à utiliser et les structures et fonds que nous pêchons. Les alevins sont là par milliers. Pas étonnant que les sandres s’y plaisent… J’en pique d’ailleurs un rapidement grâce à un LS de 4,5″ monté sur une TP de 10 g. Yes ! Moi qui les cherchais depuis un moment ! Laurent et Tristan pêche quant à eux avec un Slit Shad 4″ de chez Sakura.

On bouge de spot. Là encore, après un brief de Laurent, je commence à pêcher avec ma BeastMaster puissance M. Je ne suis pas du tout équipée pour le silure, j’espère ne pas en piquer un avec cette canne sinon je vais passer un sale quart d’heure… !

Au bout de quelques minutes, je vois Laurent s’agiter du coin de l’oeil : il vient de ferrer un beau silure grâce à un gros leurre souple. Il me crie « Carole, Carole » et ni une ni deux, j’ai la canne en main et commence le combat.

Comment décrire ce combat…: lourdeur, puissance, force. En fait, on est impressionné par la force de la bête qu’on n’a pas encore aperçue. On ne peut qu’imaginer le gabarit de l’animal qui est susceptible de faire autant plier des cannes XXH.
Au bout de quelques minutes, nous voyons des bulles remonter en surface, signe que le silure est en train de décompresser pour remonter des profondeurs. Et puis soudain, sorti de nulle part, la masse noire apparait dans l’eau claire du Rhône, l’animal se rend et remonte à la surface.
Tristan prend les gants et le saisit de sa gueule. Je l’aide à le tenir, c’est  lourd ! Laurent nous prend en photo et je ne peux cacher la fierté et la joie sur mon visage

On estimera le silure à 1,60 m ou 70. Une fois remis à l’eau, je check avec Laurent et le remercie de m’avoir laisser combattre sur sa canne.

J’ai les jambes flagadas et les bras qui tremblent, pour me remettre de mes émotions, je sors le petit déjeuner pour reprendre des forces et réaliser que ça y est, j’ai sorti mon 1er vrai silure, à la canne à leurre.

La journée continuera avec de nombreuses prises : Tristan sortira un sandre d’environ 60 cm et d’autres un peu plus petits, des perches et silures.

Laurent aussi aura son lot de perches, sandres et silures. Quand à moi, après le sandre du matin et le silure, je toucherai cette belle perche.

Le Kalik Crank couleur Real Life Perche fait craquer…les perches !

Sandre pris avec un Slit Finesse coloris Pepper Mint sur un combo Trinis Neo et moulinet Kapax.

Tristan aux prises avec un nouveau silure !

Il est l’heure de manger un bout, nous nous amarrons à un pilier du Rhône et les garçons m’expliquent les dessous de la pêche en concours, comment chaque poisson décuple les émotions du pêcheur qui saute de joie s’il fait un poisson maillé ou pleure littéralement s’il le décroche. J’aurais aussi droit à quelques anecdotes sur les coulisses des grandes compétitions, au gré des vagues que nous font les bateaux de croisières qui passent non loin de nous.
Le repas est fini et nous repartons vers d’autres spots Mais le temps se couvre et devient menaçant. Nous retoucherons quelques sandres et sur le dernier spot, Laurent ferre à nouveau un silure.
Cette fois-ci c’est du lourd ! Il insiste une fois de plus pour me laisser sa canne avec gentillesse.  Mais alors là, cela n’a rien à voir avec le silure de ce matin !

Je ne peux rien faire, je n’arrive pas à brider le poisson qui me prend du fil et se balade en tirant le Ranger. Les garçons m’assurent qu’il s’agit d’un 2 m up. J’ai la pression et malheureusement, au bout d’une dizaine de minutes, en essayant de le décoller du fond, c’est la casse… Je suis dégoutée, on ne l’aura pas vu… mais cela fait partie du jeu !
La pêche reprend, mais rapidement le ciel devient gris et la pluie arrive à grand pas. Nous nous mettons à l’abri sous un pont le temps que cela se calme. Finalement, on  préfère ne pas prendre de risque et  rentrons à la mise à l’eau vers 15h30.

Je rentre chez moi trempée mais vraiment heureuse de la journée que j’ai passé avec Laurent et Tristan.

A ce niveau de la compétition, trouver des pêcheurs aussi gentils, pédagogues et sympas, c’est très rare je pense. Ils m’ont fait confiance en m’expliquant leurs techniques de pêche et en me dévoilant leurs meilleurs spots de la région. Un réel partage entre la simple pêcheuse amatrice que je suis et de véritables professionnels reconnus dans le milieu.

Une leçon de pêche, mais surtout une leçon de vie.
Merci les Poulain ! »

Carole

Publié dans Team Sakura, Trips pêche | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

1ère SAKURA UL KUP

La pêche en ultra-léger compte de plus en plus de fans et s’agrandit de jours en jours à travers toute l’Europe. C’est la même chose ici en Croatie. Pour populariser cette technique encore un peu plus, nous avons décidé d’organiser un tournoi « UL ». Sakura, connue comme l’une des plus grandes marques de pêche possède une excellente gamme pour la pêche en ultra léger, elle s’est donc avérée être un choix logique pour devenir le sponsor principal de ce tournoi.

Ultralight fishing has more and more fans every day and  getting bigger and bigger all across the Europe. Same thing is here in Croatia. To popularize it a bit more, we decided to throw a UL tournament. Sakura, as one of the leading fishing brands and manufacturer of  superb gear  for UL fishing proved to be a logical choice for a main sponsor of a tournament.

Ainsi, avec l’aide de Sakura, de notre meilleur détaillant « Topfishing » et de nos amis du « Sport Fishing Club Lokvarka« , nous avons décidé de faire ce tournoi sur le lac de Lokvarsko. Mon copain et ami de pêche Dario Rakovac décrit ce spot comme le meilleur :

So, with a help of Sakura, our premium fishing store- Topfishing  and our friends from Sport Fishing Club Lokvarka, we decided to make this tournament  happen at Lokvarsko lake, which my buddy and fishing friend Dario Rakovac described the best :

« Le lac de Lokvarsko est un endroit très spécial à la beauté naturelle absolument incroyable et riche de nombreuses espèces de poissons. Depuis l’année dernière, il est devenu une destination de choix pour la truite, le brochet et particulièrement pour les perches. La population de perche de ce lac est énorme ! Auparavant ignorée, la perche est devenue la cible principale. Pour preuve, le nouveau record perche capturé par M. Danijel Snajdar avec un Slit Shad 50 mm de Sakura . »

´Lokvarsko lake is a very special place of absolutely amazing natural beauty and rich with many fish species. Since last year, it has become the top destination for trout, pike and most importantly perch hunters. Perch population of this lake is huge! Previously ignored, perch is now the prime target. Current record perch was caught by Mr. Danijel Snajdar on Sakura Slit Shad 50 mm. ´

Le lac Lokvarsko est situé dans la région de Gorski Kotar en Croatie, il s’agit d’un lac artificiel qui s’intègre parfaitement à l’environnement naturel. Ce Lac est particulièrement célèbre en raison de sa belle population de grosses truites fario. Ainsi, en 1968 au cours de la vidange du lac, une fario mesurant 125 cm pour 25,5 kg a été capturée ! Sans compter l’incroyable quantité de poissons faisant entre 60 et 70 cm ! L’année dernière, au cours d’une pêche électrique par la pisciculture fédérale la moyenne des captures étaient de 60 à 90 centimètres… La plus grosse fario mesurait 91cm et pesait 11.5 kilos ! Pour info, le plus gros brochet capturé l’année dernière mesurait 122 centimètres de long !

Lake is situated in Gorski Kotar region in Croatia, and although Lokvarsko lake is an artificial lake, it perfectly fits the natural environment. Lake is famous because of its nice population of big  brown trout as well. Back in 1968., during the  discharge of water from the lake, brown trout measuring 125 cm and  25,5 kilos was caught, together with one just a bit smaller and many fish between 60 and 70 cm! Last year, during the fishing for spawning and restocking, 91 cm long and 11,5 kilos of weight trout was caught together with many fishes between 60 and 90 centimeters! Last year´s record pike was 122 centimeters long!

Avec tout cela dans nos esprits, nous avions de grandes attentes pour ce tournoi. Mais ce qui s’est passé était largement au-dessus de toutes nos espérances. Même dans nos rêves les plus fous, nous ne pouvions pas imaginer que tant de gens seraient intéressés ! Le premier tournoi Sakura UL a soulevé tellement d’engouement en Croatie que nous avons été obligés de limiter les inscriptions à 50 concurrents ! Si nous ne l’avions pas fait, nous aurions facilement pu espérer recevoir 70 à 80 personnes ! Avec ce nombre, cela aurait été l’un des tournois les plus fréquenté depuis quelques années ! Nous avons eu l’honneur d’accueillir certains des meilleurs pêcheurs croates, parmi eux des pionniers de la pêche ultra-léger en Croatie, les gars de l’équipe nationale croate, de nombreux noms célèbres et quelques maîtres locaux avec de nombreux jeunes pêcheurs, ce qui est à mon avis, la meilleure chose que nous puissions espérer pour ce tournoi !

With all of that in our mind,  we had big expectations from this tournament, but what happened was above all our expectations. Even in our wildest dreams we couldn´t imagine that so many  people will be so interested!  1. Sakura UL tournament raised a lot of dust in Croatia so at the end we were forced to limit a number of competitors to 50. If it wasn´t so, my guess is that somewhere around 70 and 80 people would participate in it. With that number, it would be one of most populous tournaments in last few years! Even like this, we had the honour to host some of the finest croatian fishermen, among them pioneers of ultralight fishing in Croatia, guys from croatian national spinning team, many famous names and some local masters together with many young anglers, which is, in my opinion the best thing that can happen to a fishing tournament!

Je remercie particulièrement Sakura et Topfishing qui nous ont permit de fournir une grosse dotation, ce qui est une excellente motivation à participer en plus des charmes naturels de la région de Gorski Kotar. Malgré ça, les perches ont été très capricieuses et difficiles à attraper, il fallait beaucoup d’efforts pour en prendre une, et encore plus pour se classer et gagner un prix. Comme je le disais précédemment, le lac de Lokvarsko est un lac artificiel. Nous n’avons pas été très chanceux, car durant la nuit le niveau d’eau a baissé de plus de cinquante centimètres, et il continuait de s’effondrer tout au long de la journée durant le tournoi… Ce qui n’a pas faciliter la pêche, et seul les petits poissons se sont montrés coopératifs.

Big prize fund, for which I am grateful to Sakura and Topfishing, surely was nice invitation to the tournament, together with previously mentioned natural beauties of Gorski Kotar region.  Although perch isn´t too picky and hard to catch, it took a lot of effort  to catch one and even more to win a prize. As I mentioned earlier, Lokvarsko lake is artificial lake and we had a bit of bad luck with water level which dropped for half a meter during the night and was falling all the time during the tournament. That´s why fishing was slow and  small perch was the main catch.

Cependant, nous avons reçu beaucoup d’éloges pour l’organisation et tout le monde a été plus que satisfaits des prix. Je remercie tout particulièrement Franck et Tanguy de Sakura, car ils ont permis que chaque concurrent reçoive un paquet de Slit Shad, qui a fait ses preuves sur les perches (et pas seulement !) durant ce tournoi.

However, we recieved a lot of commendations for organization and everybody were more than satisfied with prizes. I especially have to thank Sakura´s Tanguy and Franck for they enabled that every competitor gets a pack of Sakura Slit Shads, which is proven perch (and not just perch!) catcher! Many fish were caught on Slit Shads during the tournament.

Une fois encore, je tiens à remercier tous nos sponsors, nos hôtes de Lokve et toutes les personnes qui nous ont aidés à l’organisation. Nous avons déjà des idées pour l’an prochain, pour agrandir et améliorer ce tournoi, de sorte à ce que tout ceux qui voulaient y participer puissent s’y inscrire et nous rejoignent pour la deuxième édition du « SAKURA UL KUP« !

Once again I want to thank to all of our sponsors, our hosts from Lokve and to all of the people who helped us with organization. We already have plans for next year, how to make this tournament even bigger and better, so that everybody who wanted but couldn´t participate this year can join us on 2. Sakura UL tournament!

Goran,
www.spineri.com

Publié dans Compétition, Événements | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire